MOUSCRON Georges Leekens avait, comme prévu, choisi de relancer Teklak en défense, face à Saint- Trond, au détriment de Charlet, dans une formation qui, pour le reste, restait conforme à son équipe type. Mais le coach hurlu dut rapidement revoir la composition de son onze, puisque Tonci Martic se claqua la cuisse après un quart d'heu- re. Sans gaucher sur son banc, Filston ayant préféré répondre à la sollicitation de l'équipe nationale Espoirs de la république démocratique du Congo, Long Couteau fit confiance au... capitaine de cette dernière équipe, Tresor Empoke, qui avait intelligemment décliné l'invitation africaine, pour occuper le flanc gauche offensif et ainsi permettre à Grégoire de rentrer dans l'axe pour doubler le Croate blessé. Le Liégeois démontra assez vite qu'il possède les qualités pour se muer en ouvreur puisqu'il fut à la base du premier but : c'est lui qui lança Mpenza dans le grand rectangle et qui permit à l'attaquant international de faire parler sa technique et sa puissance et de se jouer de Vangeffelen et de Belic pour placer superbement au fond des filets. Grégoire fut aussi à la conclusion du deuxième goal, en seconde période: quand il reprit, du droit, un corner de Dugardein, son tir, dévié par Vrancken, ôta bien du suspense à une rencontre que les Hurlus dominaient, pas outrancièrement mais vaillamment, mais en faisant souvent preuve d'imperfection technique dans le dernier geste. Tactiquement, Georges Leekens avait néanmoins trouvé à redire sur la première période puisque Teklak avait été prié de rester au vestiaire à la pause, au profit de Charlet. «J'ai décidé ce retrait car Alexandre avait écopé rapidement d'un carton jaune et je ne voulais pas prendre de risques. D'autant qu'il manque aussi forcément de rythme », se justifia l'entraîneur mouscronnois. Jacky Mathijssen remodela aussi son équipe, mais plus tard, à 2-0, lorsque le suspense, donc, semblait envolé. Deux changements trudonnaires, dont l'étonnant remplacement de Boffin par Vangeel... qui se trouva à la bonne place pour dévier un essai de Vrancken dans les filets du pauvre Vandendriessche qui, en septante minutes, n'avait pas encore eu l'occasion de s'ébaudir. L'Excelsior, qui semblait tranquillement filer vers sa quatrième victoire de la saison, connut alors un dernier quart d'heure de frayeurs. «J'ai apprécié la réaction de mes garçons, confia le coach trudonnaire. Ce fut malheureusement la preuve que si nous avions cru en nos chances plus tôt, nous aurions pu bousculer davantage les joueurs hennuyers...»

Des Mouscronnois qui, sans faire grand bruit, continuent donc leur belle progression dans un classement dont ils sont devenus des abonnés du top, même si leur éternelle dépendance à l'état de forme de Mbo risque d'un jour se révéler problématique. Les Hurlus restent sur une appréciable série qui leur a permis d'engranger treize unités sur quinze mises en jeu, comme Anderlecht. Cela, à la veille d'un déplacement à Beveren où, au contraire de ce qu'ils firent à Gand, ils devront tenter d'aller chercher les trois points pour pouvoir accueillir les Mauves avec un moral conquérant et, donc, avec la conviction de pouvoir infliger au Sporting ce qui serait sans doute sa première défaite de la saison...

© Les Sports 2003