Voilà en substance ce qu'un membre du staff médical d'Anderlecht aurait confié à Robert Bloriski, le docteur de l'équipe nationale polonaise actuellement en camp d'entraînement à Mühlheim en vue de ses deux prochaines rencontres éliminatoires pour le Mondial-2010.

Cette "conversation" est rapportée par le site www.gazeta.pl de la Gazeta Wyborcza, un des principaux quotidiens polonais. La bonne nouvelle a forcément réjoui toute la délégation polonaise, qui a retrouvé le moral avant les déux chocs décisifs de samedi contre l'Irlande du Nord, puis en Slovénie mercredi prochain.

La Pologne est 4e avec 10 points, du Groupe 3 de la Zone Europe des éliminatoires du Mondial 2010, derrière la Slovaquie (15 points), l'Irlande du Nord (13) et la Slovénie (11). L'équipe médicale du RSCA, on le sait, ne fera plus le moindre commentaire au sujet de la santé du défenseur Marcin Wasilewski, jusqu'à "nouvel ordre". Interrogé par une journaliste d'une radio polonaise, le porte-parole d'Anderlecht David Steegen s'en est tenu à l'estimation de "10 à 12 mois d'indisponibilité", le reste n'étant que "supputations" selon lui.

Mais l'optimisme serait effectivement de mise au sein du service Traumatologie de la clinique Maria Middelares de Deurne, où le pronostic concernant une totale guérison du joueur serait de plus en plus favorable.

L'ancien attaquant de Lokeren Wlodzimierz Lubanski est aujourd'hui agent en Belgique. Il avait manqué l'épopée polonaise du Mondial-1974 (3e), après avoir été un des principaux artisans de la qualification, à cause d'une blessure comparable à celle de son compatriote Marcin Wasilewski aujourd'hui.

La presse polonaise n'a pas manqué de lui demander son sentiment après la blessure du défenseur anderlechtois, et la sanction de 11 matches de suspension infligée à l'auteur des faits Axel Witsel.

Lubanski, ancienne gloire du football polonais, qui a travaillé un temps pour le compte d'Anderlecht après sa carrière, a confié son écoeurement aux journalistes de son pays, devant une action aussi brutale, et estimé que la victime était en droit de poursuivre son bourreau devant les tribunaux. Il s'est également déclaré scandalisé par la clémence du verdict prononcé mardi à l'encontre du soulier d'or.