Mogi Bayat a confirmé que Charleroi irait en justice contre l'Union belge qui décidé lors de sa réunion extraordinaire du Comité exécutif de lundi, d'annuler toutes les décisions prises jeudi par le conseil d'administration (comité exécutif restreint de 7 personnes dont le président François De Keersmaecker).

Celles-ci avaient été prises dans le cadre de négociations avec Charleroi, afin de permettre au quart de finale de la Coupe Anderlecht/Cercle Bruges de se dérouler en 2 manches conformément au règlement.

Charleroi avait obtenu notamment que Mogi Bayat puisse se réaffilier à l'Union Belge sans payer les amendes dont il avait été frappé, mais aussi un déblocage du dossier "Taylor/Anderlecht" en sa faveur, de voir Habibou, son attaquant en principe suspendu, autorisé à jouer contre le Standard et son nouveau demi-défensif brésilien Ederson (ex-Genk), qualifié pour ce match contre le Cercle, alors que le règlement ne le permettait pas.

Lundi soir, déjà, Mogi Bayat avait affirmé qu'il avait des "garanties" au sujet des décisions de jeudi passé. "Des accords ont été conclus, et ils vont être respectés. Ne vous inquiétez pas. Sinon on ira au tribunal..." Mardi, Mogi Bayat a confirmé avoir demandé aux avocats de Charleroi de porter l'affaire devant les tribunaux.