Le Sporting garde son sort en main
© EPA

Football

Le Sporting garde son sort en main

Benoît Delhauteur

Publié le - Mis à jour le

On leur avait annoncé l'enfer, ils y ont survécu : les Anderlechtois ont certes été défaits par Fenerbahçe hier soir, mais sur le plus petit des scores, ce qui laisse encore toutes les perspectives ouvertes avant la manche retour. Biglia, incertain, avait pu être aligné, au contraire de Pareja. Franky Vercauteren avait chargé Polak, Biglia et Goor de se concentrer sur la récupération, laissant plus de liberté à Hassan et Boussoufa. Tchite se trouvait fort seul en pointe...

Anderlecht négocia bien un premier quart d'heure très mouvementé. Au fil des minutes, la pression turque diminuait mais les coéquipiers d'Önder Turaci gardaient la mainmise sur le match. Après 18 minutes, l'intenable Roberto Carlos déboula sur son flanc puis adressa un centre que Kezman reprit de la tête, sans précision.

Le stade Sükrü Saraçoglu fut délivré peu après la demi-heure : Aurelio se jouait de Wasilewski puis trouvait facilement Alex, le buteur maison, qui trompait Zitka de la tête.

Dominés, voire passifs en seconde période, les champions de Belgique montrèrent un visage bien plus conquérant durant le second acte. Jan Polak, à l'entrée de la surface de réparation, fit parler sa puissance de frappe mais le tir du "box-to-box" fut boxé par Serdar. Dans la continuité de la phase, le ballon fut repris par le front de Wasilewski et le portier turc se distingua par une fort belle détente.

Polak se montra de plus en plus présent sur le plan offensif. Peu après l'heure de jeu, l'international tchèque tenta une volée sur coup de coin mais sa reprise était trop croquée. Deschacht y alla d'un centre tir digne de Roberto Carlos, sur lequel il manqua quelques pointures à Hassan pour égaliser. Les Turcs semblaient se contenter de ce score et se contentaient de procéder en contre, sans plus inquiéter Zitka. Anderlecht domina la fin de rencontre mais cette pression resta stérile, malgré la bonne entrée au jeu de Mpenza.

Perdre 1-0 n'a rien sur la pelouse du champion turc de déshonorant pour les troupes de Franky Vercauteren. On regrettera toutefois que les Anderlechtois n'aient pas davantage cru en leur chance, surtout en seconde période.

Le Sporting garde son sort en mains. Il a prouvé hier qu'il avait le collectif pour atteindre la phase de poules de Ligue des Champions. Pour remplir sa mission, à moins de se qualifier aux tirs au but, il faudra qu'Anderlecht marque au moins deux buts au Parc Astrid lors du retour ! Ce ne sera certainement pas tâche aisée car les attaquants du Sporting sont en méforme et l'ombre de Frutos plane plus que jamais sur l'équipe. Les "Mauves", qui n'ont trouvé qu'à deux reprises le chemin des filets lors des 270 dernières minutes de jeu, ont treize jours pour régler leur problème de finition pour rester dans cette poule aux oeufs d'or...

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous