Le troisième tour préliminaire de la Ligue de champions constituera un bon souvenir pour le Standard. Tenus en échec à l'aller par le Panathinaikos(0-0), les Liégeois sont allés s'imposer à Athènes (1-2) mardi. Qualifiés pour les barrages (aller 19/20 août, retour 26/27), ils connaîtront leurs adversaires vendredi. Mené à la marque suite à un but contre son camp d'Arslanagic (17e), le Standard a frappé à deux reprises par Mbombo (36e) et Mpoku (41e).

Tout a mal commencé pour le Standard, qui perdait rapidement le ballon. Quant à la défense, elle a connu une période de flottement. Arslanagic était le plus fébrile et pas seulement parce qu'il a trompé son gardien à la 17e (1-0). Bien lancé, le Panathinaikos a continué à monopoliser le ballon: 61% de possession ua repos. Côté tirs, les Athéniens n'étaient pas précis et quand ils cadraient leurs tirs (3 sur 9), ils trouvaient un Kawashima, encore plus en verve qu'en championnat.

Les Standardmen ont fait preuve d'une grande force mentale. Ils n'ont pas répondu aux provocations des Grecs, qui ont multiplié les fautes. Blessé, Mujangi-Bia a cédé sa place à Mpoku (20e), qui a joué un rôle important dans ce succès à Athènes. Il a bien gardé le ballon et sous son impulsion, le duo De Camargo-Mbombo a trouvé le chemin de l'égalisation (1-1). Après cela, Mpoku y est allé d'un numéro personnel ponctué par un tir victorieux de l'extérieur du rectangle (1-2). Carcela, blessé aussi, devait quitter le terrain à la 54e.

Tout était joué même si, en seconde période, le Panathinaikos a eu plusieurs rushes offensifs, qui ont mis à mal la défense liégeoise. Sauvé à deux reprises par son but, Kawashima a effectué un arrêt décisif sur un tir de Schidenfeld à la 79e. Un sauvetage miraculeux qui envoyait le Standard en barrages de la Ligue des champions.