La crise n'est pas encore derrière les Liégeois, mais ceux-ci ont tenu un bon match nul face aux Andalous.

Ce jeudi, le Standard a partagé avec le FC Séville (0-0) dans un match comptant pour la 3e journée de l'Europa League (Groupe G). Au classement, les Andalous (5 points) restent en tête du groupe devant le Standard (4 points),qui devance Rijeka grâce à un meilleur goal average (1 contre 0). Feyenoord (3 points) est dernier.

Pour sa première à la tête du Standard, Ivan Vukomanovic a opté pour un dispositif inédit : 4-1-4-1 avec le seul De Camargo en pointe. Sans surprise, Emeri a reconduit son 4-2-3-1. Comme contre Rijeka, le coach andalou a laissé sur le banc son buteur Bacca (ex-Club Bruges), lui préférant le revenant Gameiro.

Bien organisé face au tenant du titre, le Standard a débuté la rencontre de manière très prudente. Vu le rythme peu élevé, les Rouches s'en sont sortis avec une certaine facilité même si, à la 14e, Krychowiak a apporté le danger devant Thuram. Si les Andalous étaient les patrons, ils ne se créaient pas de réelles occasions de but. A la demi-heure, le Standard a commencé à évoluer plus haut. Avec le soutien de Van Damme et l'opportunisme de Trebel,les Rouches ont alerté le gardien Beto qui, jusque-là, avait passé uen soirée tranquille.

A la reprise, le rythme a augmenté de deux crans. Le Standard a pris un bon départ et s'est montré dangereux coup sur coup par Van Damme et De Camargo. Au fil du temps, la rencontre a également gagné en intensité mais les tentatives de Faty, Mpoku et Bia n'ont pas surpris Beto.

Les Rouches prennent la 2e place du groupe, à 1 point de leur hôte du jour, qu'ils retrouveront le 6 novembre en Espagne pour le compte de la 4e journée.


Ivan Vukomanovic: "Un peu déçu malgré tout..."

En partageant l'enjeu jeudi (0-0) contre le FC Séville dans le cadre de la troisième journée du groupe G de l'Europa League, le Standard s'est en partie réconcilié avec son public. Par ailleurs, Ivan Vukomanovic a réussi son entrée dans la cour des grands pour son premier match à la tête du Standard en tant qu'entraîneur principal.

"C'était très spécial pour moi. Et pas évident. J'ai essayé de tout faire pour obtenir un résultat positif, a déclaré Ivan Vukomanovc après la rencontre. "Il fallait surtout motiver les joueurs car je suis certain qu'ils possèdent les qualités nécessaires pour réaliser de bonnes choses. Evidemment, je suis un peu déçu de ne pas avoir réussi à marquer. Mais bon, c'est quand même le tenant du trophée, qui se trouvait en face de nous. Il était interdit de lui offrir des espaces".

Le Standard a livré un match tactique, qui satisfait Ivan Vukomanovic. "Je tiens à féliciter les joueurs. Ils ont beaucoup travaillé. Pour tenir Séville en échec, il fallait rester compacts et bien serrer les lignes", a dit le coach liégeois. "Je regrette d'avoir du sortir Enoh, qui déjà au repos souffrait des adducteurs. Il a mordu sur sa chique pour l'équipe et cela situe sa motivation que je salue. A présent il faut attendre l'analyse du staff médical pour situer l'ampleur de sa blessure. Je pese cependant que ce ne sera pas grave."

Ayant repris le Standard au pied levé, Ivan Vukomanovic avouait: "En voyant la situation dans laquelle nous nous trouvons, prendre un point face à Séville, c'est très bien. Dans le vestiaire nous nous sommes dit tous ensemble que c'était le moment de montrer quelque chose! Mais je vous l'avoue, je n'ai pas beaucoup dormi la nuit dernière".


Unai Emery (FC Séville): "Le groupe reste ouvert"

Unai Emery, le coach de Séville, est entré directement dans le vif du sujet lors de la conférence de presse qui a suivi le match nul de son équipe face au Standard (0-0) jeudi en Europa League. "Je suis content du comportement de mon équipe. Evidemment, nous aurions pu effectuer un grand pas en avant vers la qualification en cas de victoire à Sclessin. Mais le Standard nous a confirmé durant ses bonnes périodes qu'il était un adversaire capable de se montrer dangereux", a dit Emery.

En apprenant le succès de Rijeka sur Feyenoord (3-1) dans l'autre match du groupe, Unai Emery a embrayé: "Depuis le tirage au sort, je suis convaincu que ce groupe G sera compliqué et que nous ne devions attendre de cadeaux de la part de personne. J'en ai la confirmation. Tout y est serré. Toutefois, j'ai la conviction qu'à la faveur des matches que nous jouerons à domicile, nous pourrons faire parler notre puissance et émerger.