Le Standard plutôt que Bruges

Football

DAVID DE MYTTENAERE

Publié le

Le Standard plutôt que Bruges
© BELGA

ENTRETIEN

Igor De Camargo, vous avez enfin conclu votre transfert. Est-ce un soulagement ou vous saviez que cela allait finir par se faire?

J'ai beaucoup travaillé pour cela, pour obtenir un bon contrat dans un grand club. Et pour avoir la chance de côtoyer des joueurs du top, comme Sergio Conceição, Jorge Costa, etc. Je suis jeune et, au Standard, je vais encore pouvoir progresser. Sans ambition, on n'arrive à rien. Et je reste ambitieux. Aujourd'hui, je suis évidemment très, très content de rejoindre cette grande équipe.

Dimanche, on croyait que vous porteriez le maillot du Club Bruges au deuxième tour. Pourquoi avoir opté pour le Standard?

C'est le choix du coeur. J'ai écouté les deux parties, je pense que c'est mon droit. J'ai senti que le Standard me voulait davantage que Bruges. Cet intérêt ne date pas d'aujourd'hui: les Liégeois avaient déjà voulu me faire signer quand je jouais à Genk mais les Limbourgeois avaient refusé de me laisser partir... Et puis, je suis déjà venu voir des matches du Standard: le club possède l'un des plus beaux publics de Belgique.

Certains ont dit que vous aviez refusé de signer à Bruges à cause de la concurrence...

C'est faux. Je ne crains pas la concurrence: dans chaque club où j'ai joué, j'ai dû travailler pour mériter ma place. Ce sera encore le cas au Standard. Mais il est clair que je ne voulais pas quitter le Brussels pour me retrouver sur le banc. Je veux jouer. Et j'espère rapidement obtenir ma chance au Standard.

Avez-vous des garanties concernant votre temps de jeu?

Non. Mais je sais que Dominique D'Onofrio croit en moi. C'est très important: j'ai besoin que mon entraîneur me fasse confiance.

Vous avez signé pour quatre saisons et demi. C'est aussi une preuve de confiance.

Après cela, je n'aurai plus besoin de travailler (rires). C'est une preuve de confiance sur le long terme.

Vous connaissez aussi Wamberto et Garbini qui, comme vous, sont Brésiliens.

C'est vrai, on se voit pratiquement tous les mercredis pour discuter ou organiser des veillées de prière. Je vais découvrir le groupe mais je pense que je pourrai m'intégrer facilement. Le cadre et l'ambiance sont propices. Et puis je parle plusieurs langues, dont le portugais, comme plusieurs joueurs de l'équipe...

Quel message voulez-vous adresser au Brussels?

Je veux remercier tout le monde de tout mon coeur. Je sais que c'est grâce au Brussels que je suis là aujourd'hui. Je tiens à remercier tous les joueurs, l'entraîneur et la direction. Ils m'ont donné confiance et m'ont permis de réaliser un bon premier tour. Je n'oublierai jamais l'ambiance de ce club, si populaire. Je remercie aussi les supporters, que je quitte avec un pincement au coeur. Grâce à eux, j'ai vécu une expérience que je n'avais jamais connue à Genk ou Heusden-Zolder.

© Les Sports 2006

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous