Lokeren – Standard, c'était un duel entre deux équipes en forme. Les Waeslandiens, 4e au classement de la Pro League, continuent leur marche en avant. Tranquillement mais (très) sûrement, les hommes de Peter Maes confirment semaine après semaine qu'ils sont bien des candidats sérieux aux PO1. Moins sexy qu'Anderlecht ou le Club de Bruges, Lokeren est pourtant l'équipe qui, à l'instar de Zulte-Waregem, pourrait bousculer la hiérarchie bien en place des 5 grands.

Invaincu depuis le 29 septembre (dont un cinglant 0-3 contre Zulte et une victoire à Bruges), le club accueillait un Standard revigoré depuis l'arrivée de Mircea Rednic. Le Standard emprunté, sans âme, cela semble être du passé. Depuis que le Roumain a repris les rênes du club liégeois, l'envie est revenue aussi vite qu'un 4-4-2. Avec leurs succès à Genk et contre Louvain, les Rouches se sont replacés dans la course aux play-offs 1. Sans toutefois intégrer le top 6. Bref, si les choses s'améliorent du côté de Sclessin, la route est encore longue pour les Liégeois avant d'atteindre leur objectif de la saison: le podium. Mais s'ils ne sont que 7e, les Standardmen ne pointent qu'à 3 longueurs de Genk. Et à 2 seulement de leur adversaire du jour. Dans cette première phase du championnat, tout reste possible. Pour tout le monde.

Afin de mieux cerner les qualités de son noyau, Rednic décide de faire tourner son effectif. Exit donc Ezekiel et place à Maor Buzaglo, qui forme le duo d'attaque avec Michy Batshuayi. Le Roumain sort également une vieille connaissance des cartons liégeois: Luis Manuel Seijas. Le médian de poche n'avait plus été titularisé depuis le 22 septembre dernier, une éternité. Le Vénézuélien avait notamment refait parler de lui en marquant contre Genk. Un coup d'éclat qui offre une belle promotion à l'un des piliers de la saison dernière.

Le casse de Lokeren

Le Standard est le premier à sortir du bois. A la 6e minute, Michy Batshuayi, qui profite à fond de la confiance de son coach pour marquer, fonce vers le but mais Taravel est bien placé pour stopper la flèche noire. Seijas essaye ensuite de frapper deux minutes plus tard. Mais son tir passe au-dessus. Lokeren relâche un peu la pression grâce à son buteur maison, Hamid Harbaoui. Mais la tête du Tunisien n'est pas cadrée.

A la 18e, le Standard débute un petit festival. Maor Buzaglo fait parler sa vitesse sur son flanc pour centrer en retrait pour Yoni Buyens, bien démarqué au point de pénalty. Mais l'ancien Malinois tire beaucoup trop mollement pour inquiéter Copa. N'est pas William Vainqueur qui veut. Une minute plus tard, Seijas s'essaye à l'art délicat du coup franc. Pas de chance pour lui, Copa sauve encore son équipe en repoussant la frappe du Vénézuélien du bout des doigts. L'agilité de chat de l'Ivoirien est encore mise à contribution à la 22e lorsque Jelle Van Damme reprend un centre de Vainqueur à bout portant. En l'espace de 4 minutes, le Standard vient de gâcher 3 énormes occasions de mener chez des Lokerenois bien fébriles.

Mais à la 41e minute, coup de théâtre... et coup de tête ! Harbaoui est parfaitement placé sur un corner et flingue Kawashima d'une belle tête décroisée. Le Tunisien exulte. Les Rouches sont incrédules. Mais contre le cours du jeu, ce sont bien les Waeslandiens qui mènent à la marque lorsque Jérôme Nzolo siffle la mi-temps,

La patate de Patosi

Au retour des vestiaires, le soufflé retombe. Moins d'intensité, moins de gnaque, il faut un tir de Patosi à la 53e pour réveiller le public. Mais le tir du Sud-Africain lèche la barre de Kawashima. Un jeune homme en pleine bourre depuis quelques matches. Auteur de 4 buts en 4 journées, Ayanda Patosi compte bien poursuivre sa série à la Bacca contre les Rouches. Moins de 10 minutes plus tard, ça surchauffe dans le rectangle du Standard. Lokeren part en contre mais Harbaoui est retenu fautivement par Ciman. M. Nzolo ne voit rien, mais Persoons récupère et tire. Ciman, encore lui détourne en corner. Sur le coup de coin, Overmeire sort une frappe de... killer au premier poteau. Le portier japonais s'interpose parfaitement et permet à ses équipiers de souffler.

Qu'à cela ne tienne, 3 minutes après, Patosi sort ce qui pourrait bien être le but du premier tour. Bien décalé par Harbaoui (décidément auteur d'une magnifique prestation), il décoche un véritable boulet de canon, flashé à 97km/h. Un excès de vitesse qui troue la lucarne du pauvre Kawashima.

Le Standard reprend du poil de la bête en fin de match et veut montrer que son réveil n'était pas qu'un feu de paille. Las, malgré une possession de balle de 60%, les Principautaires n'y arrivent pas. Tout au plus doivent-ils se contenter d'une tête manquée de Biton à la 76e. Heureusement, ils peuvent toujours compter sur capi Van Damme pour sauver l'honneur. Durant les arrêts de jeu. De la tête évidemment.

Le petit qui monte, qui monte

Pour le Standard, c'est le statu quo au classement. Toujours 7e, le club manque pourtant une très belle opportunité de revenir dans le sillage de ses principaux rivaux. En attendant, les Rouches peuvent se retrouver 9e au terme du week-end en cas de victoire de Mons (qui se déplace à Genk) et du Club de Bruges (qui va à Anderlecht) ce dimanche. Pestant quand on sait d'où reviennent les Liégeois.

Cette 5e victoire en 5 matchs permet à Lokeren d'encore plus s'envoler au classement. Désormais 3e (avec un match de plus que Genk et Courtrai), le club de Roger Lambrecht revient même à un point d'Anderlecht et du surprenant Zulte-Waregem. Le roi du pneu tient définitivement bien la route cette saison...