Après un tour préliminaire en guise d'apéritif, le Standard entre dans le vif du sujet de la Coupe UEFA en affrontant Strasbourg ce jeudi au 1er tour. Certes le Standard rencontrera un club de D 2 française mais qui possède un budget supérieur à celui des Liégeois. Pourtant, les Rouches joueront crânement leur chance et partiront même légèrement favoris.

Car, en un mois, le moral des Alsaciens s'est quelque peu fissuré. Alors qu'on attendait une équipe survolant son championnat, Strasbourg n'occupe que la 4e place et sort d'un revers 1-0 face à Beauvais, ce dimanche. A cela s'ajoutent des problèmes tactiques puisque l'entraîneur tchèque du club, Ivan Hasek, doit faire face au départ vers Lyon de la jeune starlette, Peggy Luyindula et aux forfaits conjugués de Pascal Camadini et de Vincent Doukantie.

DIFFÉRENCES DE BUDGET

Mais fort de son budget de 480 millions de BEF (contre 425 pour les Liégeois) et de ses individualités comme Corentin Martins, Jose-Luis Chilavert, Teddy Bertin (courtisé par Nantes) et comme Daniel Ljuboja, le Racing Club de Strasbourg n'a rien à envier au Standard.

«Nous n'y allons pas pour nous faire plaisir, mais pour gagner», insiste Hasek, qui attend une réaction après le «pire» match de son équipe à Beauvais.

La différence se jouera peut-être au niveau du mental. Et sur ce point, les Liégeois ont une belle carte à jouer. Michel Preud'homme a trouvé un système de jeu qui s'avère efficace et ses troupes restent sur une victoire sur Mouscron. Pour le match de jeudi, les Liégeois pourront compter sur Michael Goossens qui a parfaitement suppléé Ali Lukunku (blessé) à la pointe de l'attaque. Même si Ivan Hasek préfère relever plutôt les noms d'Okpara (un ancien de la maison), de Walem, et de Moreira comme poisons potentiels.

Godwin Okpara est bien placé pour jauger la valeur réelle de ce Racing Strasbourg qui s'impatiente déjà de retrouver l'élite. «L'équipe alsacienne n'aurait jamais dû être reléguée. Elle a conservé la valeur et l'effectif d'une formation de D 1. C'est en la considérant comme telle que nous devrons l'aborder. Les coups francs de Teddy Bertin ne constituent pas son unique force de frappe.»

La Coupe d'Europe exalte l'Africain Godwin Okpara: «Les rencontres internationales m'ont permis de m'«étalonner» face aux plus grands attaquants modernes: Totti, Kiko, Morientes entre autres. Mais aussi l'Intériste Ronaldo, que j'ai défié avec respect mais sans appréhension.»

(avec BELGA)

© La Libre Belgique 2001