Le Suisse Joseph Blatter, 66 ans, a été réélu mercredi au 1er tour de scrutin président de la Fédération internationale de football (FIFA) par le Congrès de l’institution réuni à Séoul avec 139 voix contre 56 à son concurrent, le Camerounais Issa Hayatou, 55 ans.

Sur les 197 votants, 195 suffrages ont été considérés comme valides (les blancs ou nuls n’étaient pas pris en compte) et la majorité des deux tiers requise pour ce premier tour de scrutin était donc de 130 voix, 9 de moins que le nombre recueilli par M. Blatter.

Immédiatement félicité par M. Hayatou, président de la Confédération africaine (CAF), M. Blatter, en fonction depuis 1998 et désormais reconduit pour 4 ans, a lancé un un vibrant appel à restaurer l’unité de la «famille du football» après une campagne où la polémique a souvent dépassé les limites du débat électoral.

«Le monde du football ne ment pas», a-t-il estimé. «Je dois restaurer la paix dans cette famille et je le ferai», a-t-il promis.

Il a exprimé son réconfort d’être reconduit bien qu’«ayant été accusé pendant des mois du pire».

«La FIFA doit être une famille», a-t-il clamé avant, oubliant toute rancoeur, de déclarer à M. Hayatou qu’il s’était «comporté en gentleman».

«Vous avez fait honneur à votre continent», lui a-t-il dit.

En réponse, le candidat vaincu s’est félicité que cette élection ait été «passionnée et passionnante» et a assuré M. Blatter de sa loyauté.

«Il peut compter sur ma collaboration comme par le passé», a-t-il affirmé.

Pour symboliser son appel à l’unité, le président réélu a, avant de clore le Congrès, demandé à tous les délégués de se lever et de former une longue chaîne en se donnant la main.