GAND Ce devait être son match, ça a bien failli l'être!

À quelques minutes du terme, alors qu'il avait beaucoup couru à droite, à gauche, dans l'axe, Mbo Mpenza prend le cuir au milieu du terrain et met le turbo, une fois de plus. Intrinsèquement, il est plus rapide que Stoyanov. Il entre dans le rectangle, pousse le cuir. Le défenseur bulgare tente le tacle mais est en retard et prend la jambe du Diable.

Les yeux de Pier-Luigi Collina sont plus écarquillés que jamais mais le Sifflet d'Or indique... le point de corner.

Double erreur. Mbo est dépité.

«Franchement, je ne vois pas pourquoi je me serais laissé tomber alors que j'étais passé et que j'avais vu Emile au centre du rectangle, soupire-t-il. C'est un penalty flagrant. Loin de moi l'idée de jouer le Calimero mais je dois constater que c'est peut-être le syndrome belge. Les petits Diables reçoivent rarement des cadeaux à l'étranger. On ne siffle pas pour nous dans ce genre de phase...»

Cependant, la déception légitime n'aveugle pas l'aîné des Mpenza. Il est le premier à reconnaître la qualité de l'opposition.

«On nous avait dit toute la semaine que l'équipe bulgare était affaiblie par les suspensions, les blessures et, surtout, la retraite de Balakov. Sur la pelouse, on a vu une formation à la fois technique et puissante. En première mi-temps, nous sommes passés près du K.-O. Mais nous avons été capables de résister collectivement dans la tempête. Notre premier but, chanceux, nous a fait un bien fou et leur a coupé les jambes, heureusement... Après la pause, la rencontre était bien plus équilibrée, avec deux équipes qui ont tenté le coup gagnant. C'est un match qui doit nous servir de base pour la suite.»

Mbo nous l'avait confié avant la rencontre: le match de Sofia constituait un double examen pour lui.

D'abord pour affermir sa position de titulaire chez les Diables.

Ensuite pour prouver à ceux qui s'intéressent à lui qu'il est en parfait état de marche.

«Je ne me suis pas ménagé, c'est vrai. L'entraîneur m'avait demandé de changer souvent de position avec Buffel et Goor, pour tenter de désorganiser la défense bulgare. On n'a peut-être réussi qu'à moitié mais on a laissé beaucoup d'énergie dans l'aventure. Je suis satisfait de ma prestation et, surtout, je sens qu'on a confiance en moi. Même si je dois jouer à droite, j'ai le sentiment d'être, enfin, un premier choix.»

Samedi, Mbo Mpenza a disputé son quatrième match intégral sous le maillot de l'équipe nationale, son deuxième, seulement, en rencontre officielle, après le Brésil - Belgique de la Coupe du Monde...

© Les Sports 2003