Deux des huit premiers classés ont cédé des points lors de cette quinzième journée, rampe de lancement instructive à la seizième, au programme irrésistiblement alléchant : Westerlo et le plus titré d’entre eux, le Sporting Anderlecht. Le premier cité ne convoitant peut-être même pas une qualification européenne, l’unique perdant de ce quinzième tableau est le champion en titre.

Ce dernier a gommé le bénéfice qu’il avait recueilli du faux pas de Genk à Mouscron la semaine précédente et laissé ses plus redoutables poursuivants, le Club Bruges et le Standard, grignoter deux unités de leur retard. L’élastique qui relie encore Anderlecht au leader genkois est tendu à se rompre.

Il pourrait lâcher, rongé davantage par la versatilité très inattendue d’un Sporting étrangement vulnérable que par l’essoufflement encore hypothétique d’un leader toujours absolu : aucune défaite, plus grand nombre de victoires, meilleure attaque et meilleure défense. Si à Bruges, malgré son succès au Lierse, la crise couve toujours, à Anderlecht, elle menace vraiment.

Le Sporting entrera-t-il en ébullition interne si, mercredi, il ne se qualifie pas pour l’Uefa ? C’est fort possible, même si sa direction a exprimé le souhait de renouveler sa confiance à Franky Vercauteren. Charleroi, Mouscron et aujourd’hui Beveren : c’est la troisième fois au moins qu’Anderlecht encaisse un but fatal en extrême fin de match. C’est l’indice que les Anderlechtois ne dominent leur sujet ni sur la pelouse ni… dans leur tête.

Qu’ils ne domptent pas la gestion de leur match. Le doute n’est plus permis : pour ne pas risquer un mécompte vraiment fâcheux, le Sporting doit revoir sa copie pendant le mercato.

Son effectif, qu’on annonçait richissime… pour notre petite compétition, n’est pas suffisamment costaud pour lui permettre d’émerger dans son championnat domestique. Le constat est alarmant. Anderlecht pèche en défense mais aussi en attaque. Six buteurs différents se partagent les goals qu’il a inscrits. Si l’on excepte le Lierse, c’est la plus… faible dispersion des clubs de l’élite ! Le Standard continue, joliment, à faire jeu égal avec le meneur genkois. Il est redevenu pleinement compétitif. Pour lui aussi, le mercato s’annonce crucial : va-t-il libérer Onyewu et Geraerts et risquer, dès lors, de perdre du temps pour son replâtrage ? Bruges aussi va devoir étoffer qualitativement son groupe. Et Charleroi, qui recommence à étonner positivement ?

Sa situation financière le contraindra-t-il à obérer le sportif ? Le Lierse et Mons vont, aussi, travailler activement pendant la trêve. Jamais encore, chez nous, le mercato n’aura recelé une telle importance...