BEVEREN `Il n'y a pas à dire: cela fait du bien!´

Lucien D'Onofrio affichait un large sourire en poussant la porte du vestiaire d'une équipe liégeoise qui avait tellement bien rempli son contrat que ses supporters avaient même retrouvé la mémoire de quelques slogans laudatifs oubliés depuis trop longtemps.

Escorté par... son fils, Michel Preud'homme a cherché à se dérober à l'interview par une boutade: `Aujourd'hui qu'ils ont gagné, je laisse les joueurs s'exprimer...´

Est-ce parce qu'il se sentait soulagé ou a-t-il agi à dessein?

Dominique D'Onofrio a sans doute amplifié légèrement les motifs de contentement qu'il a développés dans son analyse d'après- match: `Je suis satisfait d'avoir retrouvé de l'enthousiasme dans l'équipe mais aussi une animation du jeu très intéressante. J'avais bien insisté sur le danger que nous courrions si nous laissions des espaces d'expression aux solistes beverenois. Mes joueurs ont compris le message. Ils ont, d'emblée, joué dans le camp adverse et opéré un pressing constant sur leur adversaire qui leur a permis de se retrouver, le plus souvent, les premiers sur le ballon. Nous avons inscrit trois buts en déplacement, c'est déjà bien en soi. Mais indépendamment des buts, nous nous sommes ménagé bien plus d'occasions franches que lors de nos précédentes sorties. Si j'ai bien compté, nous avons porté le danger une petite dizaine de fois dans le rectangle adverse. J'espère que nous avons esquissé les premiers pas d'un vrai redressement.´

L'entraîneur toujours intérimaire du Standard développait, aussi, deux sujets particuliers de satisfaction: `Le pressing que nous avons exercé m'a bien plu. Je vous ferai remarquer que les premiers à l'avoir exercé sont mes attaquants. C'est de cette manière qu'on soude une équipe et que les autres secteurs de la formation apparaissent plus performants. Mon second sujet particulier de contentement est la prestation de Walem, au départ d'une position de médian droit qu'il avait déjà occupée la saison dernière. Il a endossé ce rôle dans l'intérêt de l'équipe. J'ai particulièrement apprécié qu'il ait, à plusieurs reprises, frappé au but de loin.´

Herman Helleputte faisait écho à son collègue liégeois: `Le Standard nous a fait mal d'entrée de jeu. Lukunku, particulièrement, nous a posé des problèmes souvent insolubles. Physiquement, le Standard nous était très nettement supérieur. Il nous a fait mal jouer, même si deux de ses buts résultent de deux erreurs individuelles de notre part. Ce Standard-là mérite mieux que son classement.´

© Les Sports 2002