Même si tous les protagonistes de ce nouveau soubresaut qui affecte notre football d’élite sont tenus à un certain devoir de réserve, quelques réflexions, à chaud, ont affleuré. La surprise semblait être le dénominateur commun entre les réactions de Belgacom, de la Ligue Pro et d’Anderlecht.

1 Belgacom. "Nous n’étions pas au courant de cette initiative, explique Jan Margot, le porte-parole de l’opérateur historique. Il est un peu tôt pour réagir car nous ne disposons pas encore de toutes les données. Pour nous, il est important de savoir ce que va décider la Ligue Pro. Le ballon est dans son camp. Cela fait six saisons que Belgacom couvre le football belge professionnel et - je puis le dire fièrement - à la plus grande satisfaction de tous, la Ligue, les clubs eux-mêmes ou les supporters."

2 Lokeren. Par la voix de Jean-Marie Philips, les onze autres clubs de la Ligue Pro ont exprimé leur position, encore circonspecte : "La Ligue Pro existe toujours, a d’abord tenu à assurer le dirigeant du Sporting waeslandien. Elle a pris acte, avec un certain étonnement, de la volonté affichée par cinq clubs de commercialiser eux-mêmes leurs droits TV. C’est un genre de scénario que nous n’attendions pas. Il ne nous fait en tout cas pas déroger de la position sur laquelle nous avons toujours campé. La Ligue poursuit donc, avec toute la sérénité souhaitée et sans précipitation, la préparation du cahier des charges qu’elle compte remettre aux diffuseurs candidats."

Sa position est-elle fragilisée par la dissension des cinq clubs ? Jean-Marie Philips fait observer : "Nous ne pouvons et ne voulons pas multiplier les commentaires sur le sujet. Je dirai simplement que le produit que nous fignolons est et reste celui de la Ligue Pro alors que l’autre n’est que celui de cinq clubs qui, dans ce domaine-ci, ont choisi de faire dissidence."

3 Anderlecht. Par la voix de David Steegen, son chef de presse, le Sporting d’Anderlecht a communiqué une réaction un peu étonnante si on se réfère aux propos tenus ci-dessus : "Il n’y a encore aucune décision. Cinq clubs ont exprimé la volonté - l’intention - de commercialiser leurs droits à eux cinq. Une nouvelle réunion, programmée le 26 avril, devrait encore confronter tous les points de vue."

La position d’Anderlecht s’apparente à un vœu pieux