Un monument de notre football a tiré sa révérence ce dimanche 4 janvier en début d'après-midi. Lei Clijsters, défenseur au caractère bien trempé, a succombé, à 52 ans, à un cancer du poumon.

Les très jeunes ont peut-être tendance à l'oublier ou à l'ignorer mais, avant d'être le père de l'ex-n°1 mondiale du tennis, Lei Clijsters a été, surtout, un grand joueur de football et même, au niveau belge, l'un des plus grands. En fait, la carrière du papa de Kim correspond à l'âge d'or de notre football et on peut constater, chiffres à l'appui, qu'il y a largement contribué. C'est pourtant une vocation tardive de notre football, du moins au niveau professionnel. Et une carrière atypique puisque, s'il commença à jouer au foot dans le petit club d'Opitter, sa ville natale, il tenta une expérience dans les rangs du FC Brugeois d'Ernst Happel, mais ces deux caractères, forts et ombrageux, n'étaient pas faits pour s'entendre. Peu se souviennent qu'il fut l'équipier de Georges Leekens et de René Vandereycken dans la Venise du Nord. Il n'avait que 18 ans et ne joua que les seconds rôles.

voué, dès lors, à un rôle secondaire dans notre football puisqu'il retourna dans son Limbourg natal, au Patro Eisden, puis à Tongres. A 26 ans, il intégra les rangs de Waterschei qui, avant la fusion avec Winterslag, était l'ancêtre du RC Genk. Waterschei n'avait pas de palmarès, c'était un petit club, mais il réussit un exploit qui fit l'effet d'un coup de tonnerre dans le football européen : bouter hors de la Coupe UEFA le puissant PSG. Lei Clijsters fut le meilleur homme sur le terrain, au match retour, ce qui lui valut d'entrer en équipe nationale qu'il ne quitta que neuf ans plus tard. Pourtant, en cette année 1983, tout n'était pas des plus agréables pour Lei. En effet, la Faculté décela une tumeur au cerveau et ne lui donnait plus que quelques mois à vivre. Il aurait pu se laisser aller, il choisit de se battre. Après deux opérations, il était sauvé. Ou, du moins, il obtenait un sursis... de plus d'un quart de siècle !

© La Libre Belgique 2009