Les Diables Rouges se sont retrouvés lundi après-midi à Crainhem pour leur premier entraînement après la défaite subie samedi à Zenica contre la Bosnie-Herzégovine (1-0), qui a pratiquement sonné le glas des espoirs belges pour une septième qualification d'affilée pour la Coupe du monde de football.

L'équipe nationale affrontera en effet Saint-Marin mercredi soir au Stade Olympique d'Anvers. «Les joueurs sont conscients qu'ils n'ont pas joué un bon match samedi, tant d'un point de vue individuel que collectif», déclare le sélectionneur fédéral Aimé Anthuenis. «Ils sont avides de revanche et tiennent à prouver, devant leur public, qu'ils sont capables de mieux jouer que samedi. Le faux pas de Zenica est d'ailleurs une source de motivation pour les joueurs, même si la rencontre contre Saint-Marin est programmée à une semaine de la Ligue des champions.»

Aimé Anthuenis n'a d'ailleurs pas encore totalement fait son deuil d'une qualification pour le Mondial 2006 en Allemagne, même s'il n'y croit plus que du bout des lèvres. «La chance est infime, mais mathématiquement, tout est possible. Mais si on est réaliste, on voit que cela sera très difficile. C'est assez logique que nous battions Saint-Marin, mais c'est moins probable que l'Espagne s'incline à domicile face à la Serbie-Monténégro», affirme l'entraîneur d'un groupe qui n'a plus vraiment son sort entre ses mains.

La Belgique occupe la cinquième place du groupe 7 avec 8 points sur 21. Pour conserver un mince espoir d'aller en Allemagne, il faudrait d'abord que les Diables battent Saint-Marin, que la Serbie-Monténégro (1re du groupe avec 15 points) s'isole en tête grâce à une victoire en Espagne (2e avec 13 points) et que les Belges remportent leurs deux derniers matches, contre l'Espagne le 8 octobre et en Lituanie (4e avec 9 points) quatre jours plus tard. Et espérer que la Bosnie-Herzégovine (3e avec 10 points) perde aussi des plumes d'ici la fin des qualifications. La Belgique pourrait ainsi s'installer à la deuxième place donnant accès à des barrages.

«Nous sommes réalistes»

Avant de se perdre en pareilles conjectures, il faudra donc commencer par prendre trois points contre Saint-Marin, que la Belgique avait difficilement battue 1-2 au match aller le 30 mars dernier, et compter sur un résultat des Serbes en Espagne. «Je me concentre sur le prochain match. Attendons mercredi, il est maintenant trop tôt pour tirer des conclusions», dit l'entraîneur fédéral.

Du côté des joueurs aussi, on se rend compte que l'Allemagne s'éloigne. «Ce n'est pas que nous n'y croyons plus, mais nous sommes réalistes», confie Yves Vanderhaeghe. «Ce sont surtout les résultats des autres équipes qui feront la décision dans ce groupe 7. Espagne - Serbie-Monténégro sera peut-être le match le plus important de la soirée de mercredi...»

© Les Sports 2005