Les Diables, en Arménie, doivent lever les nombreux doutes qui entourent la sélection. Revue des maux.

1 Du talent, les Diables en ont. Mais quel est l’équilibre dans ce groupe ? Il y a embouteillage dans l’axe. Une rapide revue d’effectif, nous permet de placer onze des quinze milieux de terrain dans l’axe du terrain. Seuls Lamah, Martens, Hazard et Mirallas évoluent fréquemment sur les ailes dans leur club respectif. Et le problème est le même en défense avec 6 défenseurs axiaux pour 5 latéraux.

2Les talents qui composent l’équipe nationale se marchent sur les pieds. Kompany, Vertonghen, Fellaini, Defour, Witsel, Dembélé et Hazard : sept joueurs, tous âgés d’un maximum de 23 ans, qui possèdent une solide expérience et qui, à l’étranger ou en Coupe d’Europe, ont déjà prouvé qu’ils disposaient d’une certaine pointure. Mais sept joueurs qui doivent se partager les deux places de demi-défensif et celle de milieu offensif. Impossible à gérer

3 Sans vrai renard des surfaces, on ne gagnera pas une rencontre. On ne peut pas remettre en doute l’efficacité de Sonck chez les Diables (23 buts en 51 matches), mais aucun de nos sept joueurs les plus offensifs (Sonck, E. Mpenza, De Sutter, De Camargo, Mirallas, Hazard et Dembélé) n’a inscrit 15 buts en une saison en championnat depuis Mpenza en 2003-2004 au Standard. Et même à dix buts, il n’y a que Sonck qui émerge l’an dernier.

4 Les Diables Rouges ne disposent d’aucune capacité de réaction. Quel est le dernier match où la Belgique a pris un point après avoir été menée au score ? Alors ? Belgique - Turquie à Genk (3-3) le 24 mai 2006. C’était un amical et les Diables avaient égalisé dans les arrêts de jeu.

5 Où est l’amour du maillot que nos représentants devraient avoir ? "Pour les générations précédentes, porter le maillot de la Belgique était le summum et participer à une Coupe du Monde ou un Euro était l’aboutissement d’une carrière. Dans notre groupe actuel, je n’ai pas le sentiment que ce soit le cas. Les joueurs regardent plus vers la Ligue des Champions que vers l’équipe nationale." Confession d’un Diable, sous couvert d’anonymat, ça vaut tous les discours

7Plus personne n’arrive à voir les événements positivement et l’intérim n’aide pas. Les Diables n’ont plus aucune confiance en eux. La presse et le public voient peut-être les choses de manière trop noire, et ce n’est vraiment pas bon de savoir que l’entraîneur ne sera plus là au prochain match. Mais il faut prendre son mal en patience.

9 Les leaders sont importants dans un groupe. Où sont ceux de l’équipe nationale ? Qui a suffisamment de personnalité pour emmener tout le groupe dans son sillage, comme le faisaient Wilmots ou Gerets ? Pour le moment, c’est simple, personne. Peut-être Vertonghen ou Defour y parviendront-ils bientôt ?

10Y a-t-il encore moyen de ne pas encaisser le moindre but ? Depuis deux ans, les Belges n’ont réussi, en match officiel, à garder le zéro derrière que face à l’Azerbaïdjan et à l’Arménie. Ça tombe bien c’est contre eux qu’on rejoue mercredi.