OITA Deux changements!

Voilà donc ce à quoi il faut s'attendre tout à l'heure concernant la composition de l'équipe tunisienne appelée à affronter la Belgique au Big Eye Stadium d'Oita.

En comparaison de la formation qui s'était mesurée à la Russie, le 5 juin, à Kobé, Ammar Souayah a décidé de se passer des services de deux joueurs: blessé au genou, Adel Sellimi laissera sa place à Imed Mhadebi, un attaquant originaire de la Genoa, tandis que Kaies Ghodhbane remplacera numériquement Mohamed Mkacher, Badra reculant dans l'axe afin de reprendre le rôle, sur l'homme, habituellement dévolu au défenseur de l'Etoile Sportive du Sahel. Les intentions d'Ammar Souayah sont claires: miser, d'une part, sur la prudence, guetter, d'autre part, le bon moment pour surprendre une ligne arrière belge que l'ensemble de la délégation tunisienne juge lente et empruntée depuis le nul concédé par les Diables Rouges face au Japon. Pour parvenir à ses fins, Ammar Souayah entend offrir à Zied Jaziri, isolé et sacrifié en pointe contre la Russie, tout le soutien dont il n'avait pas bénéficié à Kobé, en milieu de semaine passée. L'intéressé confirme d'ailleurs: `Notre rapidité d'exécution est notre meilleur atout, d'autant que nous nous mesurons à un rival qui ne brille pas par sa vitesse d'intervention. Les Belges sont prenables. Derrière, ils ne sont pas vifs. Leur jeu n'est pas sûr. Des brèches s'ouvriront devant nous. A nous de nous y engouffrer.´

Zied Jaziri est motivé!

`On le serait à moins, confie-t-il encore. Pour nous, il s'agit du match de la dernière chance. Au- cun droit à l'erreur ne nous est permis. Les espoirs de tout un peuple reposent sur nous. De grâce, ne les décevons pas...´

L'absence de Van Kerckhoven

Derrière la banalité d'un discours de circonstance se cache l'envie, pour Zied Jaziri, d'être à la hauteur de la réputation qu'on lui prête volontiers dans son pays. Comparé, en raison de sa morphologie et de ses qualités intrinsèques, au Hollandais Marc Overmars, le Tunisien n'aspire désormais plus qu'à prouver que le crédit dont il jouit chez lui n'est pas usurpé...

`Adel Sellimi, qui évolue en Allemagne, à Fribourg, nous a assuré que l'absence de Nico Van Kerckhoven représentait, pour nous, un avantage considérable. Adel nous a expliqué que celui-ci disposait d'un excellent jeu de tête, qu'il était puissant et doté d'une expérience dont la Belgique, a priori, préférerait ne pas se priver. Or, si l'on en croit les informations qui nous parviennent au sujet des Belges, Van Kerckhoven ne jouera pas contre nous.´

Zied Jaziri sauvera-t-il la Tunisie d'une élimination qui n'ajoutera rien à la gloire d'une formation avouant, en moyenne, douze centimètres et dix kilos de moins que son opposant du jour? En fait, cela ressemble au combat de David contre Goliath. Reste, pour les Belges, à en modifier l'issue...

© Les Sports 2002