© Photonews

Football

Les Brugeois sont aux portes d’un exploit

Michel Dubois

Publié le - Mis à jour le

Les joueurs du Club Bruges se préparent à vivre, à Valence, leur soirée européenne la plus éprouvante de la saison. "Ce grand d’Espagne n’avait pas envisagé de perdre à Bruges", explique Karel Geraerts. "Cette défaite a griffé l’orgueil de Villa et consorts; elle a égratigné leur honneur. Les reproches qu’ils ont adressés à l’arbitre et les accusations - fausses - de jeu trop agressif que la presse ibérique a répercutées exacerbent leur désir de revanche. Nous sommes prévenus : à nous de pouvoir faire front. Je veux croire que nous n’aurons pas peur."

Carl Hoefkens, en particulier, risque d’être la cible de la vindicte populaire. Son intervention sur l’infortuné Mathieu, la semaine dernière, qui a rendu l’ex-Toulousain indisponible jusqu’au terme de la saison, lui a valu un zéro pointé dans les quotidiens ibériques. Le Lierrois l’a lu. Il s’est juré de ne pas se laisser impressionner, lui qui n’a jamais passé de vacances en Espagne : "J’ai commis une faute, c’est une évidence. J’ai d’ailleurs présenté mes excuses à Mathieu. Mais je ne me suis pas lancé dans un tacle assassin. Je n’ai jamais eu la moindre intention de blesser le Français. J’ai toujours professé le respect de mes adversaires."

Le Club Bruges va souffrir à Valence. Mais il entend bien y jouer un rôle plus en vue que celui d’un simple faire-valoir : "Même si elle est flatteuse, nous n’assimilons pas notre victoire au match à une consécration. Nous la considérons comme ce qu’elle est vraiment : un bonus pour aborder au mieux le match retour." Le Club Bruges pourra-t-il ne pas encaisser de but ? Stijnen ne s’est plus retourné, en Europe, depuis 294 minutes. Il s’est défendu avec bonheur les 24 dernières minutes à Belgrade puis contre Toulouse, à Donetsk et contre Valence. "Nous devrons défendre avec solidarité et une concentration maximale", analyse Carl Hoefkens. "Sans courir le moindre risque. Villa est d’un calibre mondial. Trente centimètres lui suffisent pour marquer. Il n’incarne pas l’unique danger. L’entrejeu de Valence peut forger la différence, lui aussi."

Défendre suffira-t-il ? "Je crains que non. En possession du ballon, nous devrons jouer pour marquer. Si tout roule pour nous et si la chance nous sourit, nous avons notre chance " Attention tout de même. "Si nous jouons ouvert comme nous le faisons en championnat, nous serons éliminés, prévient Karel Geraerts. Notre équipe grandit mais elle n’est pas encore capable de se montrer dominante pendant 90 minutes comme l’est Valence, même lorsque cette équipe est réduite à dix unités."

Adrie Koster n’a pas apprécié le football développé par les siens dimanche, contre le Standard. Et ce soir, sans adopter "l’attaque est la meilleure défense", il a un objectif clair : "Inscrire un but. Ce serait magnifique d’y parvenir. Mais pas à n’importe quel prix même si, pour nous, c’est déjà très bien d’être arrivés à ce stade."

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous