Les Diables Rouges jouent leur deuxième rencontre de la Coupe du monde de football, dimanche à Rio de Janeiro. Sur le coup de 13h00 (18h00 belges), ils vont fouler la pelouse du prestigieux stade du Maracana et y affronter la Russie du coach italien Fabio Capello. En cas de victoire, la Belgique sera certaine de disputer les huitièmes de finale. Si la victoire est suivie dans la journée par un partage entre la Corée du Sud et l'Algérie, qui se rencontrent à Porto Alegre (coup d'envoi 16h00/21h00 belge), la Belgique sera même assurée de terminer première de la poule H avant même de jouer son troisième match, jeudi à Sao Paulo, contre la Corée du Sud. Un scénario idéal, cela va sans dire. La question que se pose l'équipe de Belgique est de savoir quel visage va présenter la Russie. Après un match nul poussif (1-1) contre la Corée du Sud, bien plus entreprenante, il serait normal de voir la Russie prendre davantage de risques. Reste que maître Capello est un fin tacticien et qu'il pourrait réserver une surprise.

"C'est en effet la grande question", reconnaît Marc Wilmots, le coach des Diables. "S'ils dressent comme l'Algérie un mur, ce sera à nous de trouver les solutions. La Russie joue toujours comme un groupe compact et contre rapidement. Là réside sa force."

La Belgique compte un heureux passé face à la Russie. Lors de leur dernier match, amical, en 2010, elle s'était imposée 0-2 à Voronezh avec deux buts de Romelu Lukaku, ses premiers avec les Diables.

Avec Wilmots comme capitaine, les Diables avaient aussi pris le meilleur 3-2 lors du Mondial-2002 s'ouvrant ainsi les portes des huitièmes de finale. "C'était à l'époque tout ou rien" rappelle Wilmots. "Nous devions gagner sous peine d'être éliminés. Nous avions décrété un boycott de la presse. C'était vraiment 'nous contre le monde'",a précisé Wilmots.

Bien entendu, la plus mémorable victoire reste le 4-3 forgé en prolongation lors du Mondial 1986 contre une formation encore soviétique qui se présentait comme un ogre face à des Diables très décevants jusque-là. Ce succès avait été suivi d'un nouvel exploit contre l'Espagne en quarts. La Belgique termina le Mondial à la 4e place après des défaites contre l'Argentine en demi-finale et la France dans la consolation.

Le match de Rio sera évidemment moins décisif car il restera un 3e match, jeudi, contre la Corée du Sud.

La rencontre sera réhaussée de la présence du roi Philippe et de la reine Mathilde, arrivés vendredi en compagnie des ministres des Affaires Etrangères Didier Reynders et de la Défense Pieter De Crem. Une rencontre des Diables Rouges avec nos souverains est prévue après la rencontre.