© BELGA

Football

Les Diables dans l'enfer de Belgrade

YVES TAILDEMAN ENVOYÉ SPÉCIAL À BELGRADE

Publié le - Mis à jour le

Le 3 juin 2005, l'équipe nationale s'était rendue à Belgrade. De l'équipe de l'époque, seulement trois noms devraient figurer au coup d'envoi ce soir : Daniel Van Buyten, Emile Mpenza et Vincent Kompany. Mais il existe toutefois des ressemblances entre les deux matches. La Belgique devait aussi gagner. Finalement, les Diables avaient quitté la capitale serbe avec un 0-0, et c'était la fête, dans l'avion. On peut penser que la délégation sera à nouveau euphorique si les Diables ramènent un point du Maracana qui, rempli, peut être l'un des stades les plus chauds d'Europe. En passant par l'immense tunnel de la mort qui relie les vestiaires au terrain, hier avant l'entraînement, on plaignait l'équipe visiteuse qui devrait se rendre dans une arène où 50 000 fanatiques sont prêts à tout pour pousser la Serbie vers la victoire.

Les Belges prétendent ne pas être impressionnés. Ils croient en la victoire. La question est de savoir si le Maracana va s'enflammer comme lors de ses plus beaux jours. En 2005, contrairement aux prévisions, l'ambiance n'était pas paralysante. Toutefois, depuis lors, les données sportives ont non seulement changé en Serbie - nouvel entraîneur (Javier Clemente), nouveau noyau - mais aussi la situation du pays. La Serbie s'est séparée du Montenegro, et cela a augmenté le patriotisme serbe.

René Vandereycken n'a pas peur d'un défi de cette taille. N'est-il pas plus fort quand il ne doit pas faire le jeu ? Pour la première fois, il pourra montrer sa réelle capacité tactique. En effet, Serbie - Belgique est le premier véritable match au sommet de Vandereycken. Sa sélection était contestée mais son onze de base (si notre pronostic est le bon), semble fort logique, avec Kompany en défense et le duo Emile Mpenza - Dembele en attaque. Ce duo a tout pour faire des dégâts. Mais Emile est-il assez en forme pour exploser ? Et Moussa a-t-il assez d'expérience pour affronter des défenseurs rusés, provocateurs et agressifs ? Ce soir, on aura la réponse. Une chose est certaine : si le 8 octobre peut faire basculer la situation politique dans notre pays, le 7 octobre peut relancer les Diables rouges vers l'Euro 2008.

© La Libre Belgique 2006

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci