Les Diables Rouges n'ont toujours pas commis d'impair dans leur parcours qualificatif pour le Mondial sud-africain. Ils ne sont pas tombés dans le piège qui avait failli les consumer contre l'Estonie : ils ont cette fois vite traduit, avec envie et enthousiasme, leur supériorité sur des Arméniens conformes à l'image qu'ils véhiculent.

"Je suis satisfait du résultat et de notre première période, se félicitait René Vandereycken. Nous avons allié construction et efficacité. Sonck a confirmé qu'il traversait une période faste. J'ai apprécié que l'équipe se sente déjà assez mûre pour ne pas précipiter ses actions quand il n'était pas nécessaire de le faire. Je regrette simplement un peu qu'après le repos nous n'ayons pas concrétisé les occasions que nous nous sommes ménagées. C'est peut-être mieux ainsi. Ce score en apparence étriqué nous préservera d'un excès de confiance ce mercredi, contre les champions d'Europe."

René Vandereycken avait même retrouvé la mémoire lui qui, vendredi, affirmait ne plus se souvenir de la rencontre de 2007 : "Ce 2-0 m'apparaît bien plus probant que le 3-0 d'il y a douze mois."

Les Diables n'ont pas obtenu la mention "très bien" . Avantage forgé, ils ont ainsi trop relâché les mailles de leur filet : "C'est exact. Nous avons parfois trop reculé et abandonné trop d'espaces entre nos lignes. J'en décèle la raison dans le constat que le possesseur du ballon n'était pas attaqué et que nos arrières ont cherché à se prémunir contre les longs ballons qui pouvaient fuser dans leur dos."

Sonck aurait dû inscrire plus d'un but. Defour aurait pu mieux exploiter la grosse liberté de manœuvre offensive dont il a joui. Gillet aurait pu varier le jeu en alternant avec un bon Van Damme les montées en ligne. Vertonghen aurait pu griffer davantage la rencontre de son empreinte de patron. Mais Dembélé et Fellaini ont brillé, Kompany a joué "juste" et Simons a rassuré.

La Belgique a atteint son premier objectif : elle va aborder l'ogre Espagne avec une confiance légitimement affermie. Dans une composition légèrement modifiée aussi. Préservé contre l'Arménie, Vermaelen jouera. "Nous avons obtenu un premier bonus en Turquie. Nous allons nous efforcer d'en recueillir un autre contre l'Espagne", assure le coach.