"De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves" , disait le Romain Jules César une cinquantaine d’années avant Jésus-Christ. S’il avait assisté au duel de lundi soir à Lyon, l’ancienne capitale de la Gaule, il aurait revu son jugement et complimenté ses compatriotes.

Face à l’armada belge, les Italiens ont joué comme des guerriers. De la première à la nonante-quatrième minute, ils ont couru, transpiré, rusé et, parfois, découpé comme si leur vie en dépendait. On s’est longtemps demandé s’ils pourraient tenir comme ça toute la rencontre mais le double rideau défensif tiré par Conté restait toujours aussi bien tendu. Et le second but dans les arrêts de jeu était là pour le démontrer de la plus belle de manière.

Les Diables n’ont jamais su trouver la solution. Malgré plusieurs belles possibilités, Buffon n’a finalement jamais dû s’employer. Le légendaire portier n’a eu qu’une vraie sueur froide quand Lukaku a vu son tir effleuré le poteau après une contre-attaque menée très rapidement.

Une description trompeuse car les hommes de Wilmots ont manqué de vitesse tout au long du match et Lukaku est passé au travers, dévoré par les lions de la Juventus dans l’arène lyonnaise. L’attaquant d’Everton rêvait d’être le premier buteur belge d’un Euro depuis le 10 juin 2000 mais Emile Mpenza et son but victorieux contre la Suède devront encore attendre un successeur.

Il faudra espérer que ça tombe samedi après-midi contre l’Irlande pour éviter de se mettre dans une situation critique avant la dernière rencontre face aux Suédois, encore eux. Il ne faut cependant pas tomber dès maintenant dans le négativisme. L’Espagne a prouvé en 2008 qu’on pouvait louper son entrée (défaite contre la Suisse) et quand même réussir son tournoi.

Pour cela, le coach fédéral devra faire des choix. Outre Lukaku, il devra trouver une solution avec De Bruyne et Nainggolan, à côté de leurs pompes lundi. Était-ce la fatigue d’une longue saison ou un souci tactique ? On attend des réponses car les Irlandais ne seront pas en reste niveau fighting spirit samedi…


Belgique : Courtois; Ciman (75e Carrasco), Alderweireld, Vermaelen, Vertonghen; Witsel, Nainggolan (62e Mertens), Fellaini; De Bruyne, R. Lukaku (73e Origi), Hazard.

Italie : Buffon; Barzagli, Bonucci, Chiellini; Candreva, Parolo, De Rossi (78e Motta), Giaccherini, Darmian (59e De Sciglio); Eder (75e Immobile), Pellè.

Arbitre : M. Clattenburg (Ang)

Avertissements : Chiellini, Eder, Bonucci, Motta, Vertonghen.

Les buts : 32e Giaccherini (0-1), 90e Pellè (0-2).