Le ministre socialiste était interrogé sur la méfiance qui pourrait s'instiller chez les jeunes par rapport au vaccin, à la suite de la nouvelle selon laquelle une bonne part de la sélection aurait "refusé" la piqûre.

La nouvelle a immédiatement été nuancée par Frank Vandenbroucke: "nous avons dit: 'on veut bien vous accorder une priorité, mais alors il nous faut un engagement clair que, maintenant ou après l'Euro, ils se font tous vacciner'. C'était une condition pour nous", a-t-il indiqué dimanche. Les joueurs qui n'ont pas eu leur première dose de Pfizer-BioNTech durant la semaine écoulée (les caméras de l'Union Belge ont notamment montré lundi soir les piqûres de Thibaut Courtois ou encore Toby Alderweireld) seront donc vaccinés par la suite, selon le ministre. La sélection a exceptionnellement pu bénéficier de doses de vaccin en prévision de l'Euro de football qui débute le 11 juin, pour éviter des impossibilités de jouer liées à un dépistage positif.