Une première mi-temps décevante, mais un "plan" qui a fonctionné comme sur des roulettes...

Si les Belges étaient à la fête durant toute la soirée ce mardi, la presse étrangère reste très critique envers nos Diables rouges. La première heure de ce match a déçu, et ce ne sont sans doute pas les supporters qui diront le contraire. Par contre, le choix des remplaçants et la tactique en seconde période font l'unanimité...

En France, L'Equipe titre aujourd'hui "Wilmots, ravi de son plan". Le journaliste revient sur le choix du sélectionneur belge et sa tactique qui a fini par payer. Si le quotidien sportif reconnaît le sang-froid des Diables, il n'hésite pas à parler d' "un des outsiders les moins entreprenants de cette première semaine". En ajoutant: "appliqués à se faire des passes à cinq centimètres, sans prendre la moindre initiative (...) Les Belges ont dégagé une impression de lenteur (...) C'était aussi difficile à regarder qu'à comprendre."

Du côté de nos voisins luxembourgeois, le Luxemburger Wort ne manque pas d'éloges envers l'entraîneur des Diables. Intitulé "Marc Wilmots, ce maître-tacticien", l'article met fin aux attaques envers le Belge "longtemps catalogué comme un meneur d'homme, un galvaniseur de troupe dénué d'un grand sens tactique". Plus loin, le journaliste applaudit "le Taureau de Dongelberg" pour son audace ("Déjà, effectuer les trois changements après 65 minutes"). Le Wort justifie cette première mi-temps difficile par une équipe "tétanisée par l'enjeu et les attentes énormes de tout le peuple belge (...) Rien ne remplace l'expérience".

Pour le quotidien sportif espagnol Marca, la Belgique a corrigé à temps le tir. Malgré un dispositif défensif algérien en béton, les Belges ont fini par trouver la faille grâce aux deux changements gagnants de Wilmots. Le journaliste espagnol, qui a couvert la rencontre des Diables, estime que le talon d’Achille de la Belgique pourrait être… sa défense. Il pointe surtout Alderweireld et Vertonghen, pas très à l’aise selon lui sur les côtés. Les observateurs ont eu droit à une toute autre Belgique une fois Fellaini et Mertens montés au jeu. Le quotidien espagnol voit d’ailleurs en Fellaini l’homme du match, qui lors de chaque intervention, a créé la panique côté algérien.Marca souligne aussi la richesse du banc belge.

Dans son édition en ligne du jour, le Guardian encense Marouane Fellaini. Rien d'étonnant puisque notre milieu offensif joue à Manchester United. Pour le quotidien, il s'agit d'une "renaissance" suite à un "ébut de saison misérable". "Celui qui a marqué était le Fellaini qui terrorisait les défenses avec Everton, plutôt que sa pâle copie de la saison écoulée", ajoute le journaliste.

Sur le site russe Sport Express, les commentateurs s’inquiétaient surtout de la force défensive de… l’Algérie. Dernier adversaire des hommes de Capello dans ce groupe H, cette équipe a "démontré une excellente organisation défensive pour une équipe africaine". L’Algérie aura probablement appris de ses erreurs face aux Belges. Se basant sur des statistiques maison, le site russe fait d’Axel Witsel, bien connu là-bas, l’un des "hommes clés de la rencontre". Un nombre impressionnant de ballon ayant transité par les pieds du Liégeois. Sport Express reconnaît aussi un "talent de batailleur et de travailleur infatigable" à notre n°6. Enfin, les Russes admettent aussi le travail de coaching de Marc Wilmots qui a "réussi à prendre les bonnes décisions au bon moment".

Pour le quotidien hollandais Volkskrant, c'est Dries Mertens le héros du match. Le journaliste revient sur la première fois qu'il a entendu son nom. C'était en 2007 et ce joueur “était libéré dans sa tête. Il joue avec intuition. Il était celui qui voulait donner du plaisir au public”. Un plaisir partagé hier par tous les supporters des Diables...