Réélu mercredi à la tête de la Fédération internationale de football (FIFA), le Suisse Joseph Blatter va devoir se pencher rapidement sur plusieurs dossiers.

. Réforme des statuts: M. Blatter estime que les membres du comité exécutif, le «gouvernement du football mondial», devaient être élus par le même collège que le président, mais en respectant la proportionnalité dans les confédérations. Ils sont pour l’instant élus par le congrès de la confédération dont ils dépendent. Cette modification devrait se faire sur proposition des confédérations et pourrait s’appliquer dès 2004.

. La rotation de la Coupe du monde: En principe, la Coupe du monde devrait être organisée à tour de rôle tous les quatre ans par chacune des quatre confédérations.

Cependant, sur le plan financier il paraît peu probable que les partenaires de la FIFA acceptent que le deuxième événement le plus médiatique après les jeux Olympiques ne vienne sur le vieux continent que tous les 24 ans. Un compromis devra donc être trouvé même si cela ne remet pas en cause l’organisation par un pays africain en 2010 et par un retour en Amérique du sud en 2014. Le projet un instant envisagé d’organiser la Coupe du monde tous les deux ans a pour l’instant été laissé de côté.

. La répartition des places en Coupe du monde: Un des arguments de Issa Hayatou était d’attribuer une place automatique à l’Océanie et un billet supplémentaire à l’Asie.

Cette «ponction» devrait alors se faire au détriment de l’Europe et de l’Amérique du sud, deux confédérations très attachées à leur contingent. Une place a déjà été récupérée dans la mesure où le pays champion du monde ne sera plus automatiquement qualifié pour la Coupe du monde suivante. En revanche, attribuer une place à l’Océanie correspond à donner une place quasi-automatique à l’Australie qui survole les qualifications dans sa confédération.

Les négociations s’annoncent délicates.

. Réforme des structures: La banqueroute d’ISL, puis la faillite de Kirch, ont souligné l’urgence de réformer des structures mal adaptées au développement de la multinationale FIFA dont les droits TV constituent le fond de commerce le plus important. La mise en place de la société FIFA Marketing a permis de parer au plus pressé mais une réforme devrait intervenir rapidement dans la perspective notamment d’une diminution attendue de ces droits TV.

. Divers: Les problèmes financiers, la suite de l’ouverture aux diverses composantes de la famille du football (arbitres, joueurs, etc.) et les suites données par la justice Suisse à la plainte déposée contre lui par onze membres du comité exécutif complètent le calendrier de travail chargé du président réélu.