Les fans rouches ont rencontré staff, direction et joueurs du Standard jeudi.

À trois jours du choc wallon contre Charleroi, une autre rencontre importante s’est déroulée jeudi soir à Sclessin. Elle mettait le Standard face à des représentants de ses supporters. Cette réunion avait été demandée par la Famille des Rouches suite au piètre début de saison des Liégeois. Et le Standard, bien conscient de la situation, a répondu présent en envoyant une grosse délégation : le président Bruno Venanzi, le directeur sportif Olivier Renard, le directeur opérationnel Alexandre Grosjean, l’entraîneur Ricardo Sa Pinto ainsi que deux joueurs emblématiques, Sébastien Pocognoli et Paul-José Mpoku.

"Parfois, quand la réponse n’était pas convaincante, à côté de la question ou pas claire, des supporters ont insisté pour avoir une vraie réponse", nous confie un supporter présent. "Parfois, Olivier Renard et Bruno Venanzi n’étaient pas du même avis que les supporters mais ils se sont justifiés. La discussion a été franche, comme dans une famille où il faut se dire les choses, mais le ton n’est pas monté."

Comme cela avait été annoncé, il n’a pas été question de réclamer la tête de Ricardo Sa Pinto. Mais le mercato, jugé décevant par la FDR, a été abordé. "Les explications sur la vision et sur les transferts n’ont pas forcément convaincu. Concernant la non-arrivée d’un n°8, la direction a dit que ce n’était pas indispensable et qu’il y avait une solution dans le noyau. C’était assez vague… En résumé, on s’est dit qu’on verrait bien lors des prochains mois."

Les supporters n’attendront pas si longtemps pour voir une réaction de l’équipe. "Sa Pinto a promis que le Standard serait dans les playoffs 1, qu’il avait l’équipe pour y arriver mais que ce serait plus compliqué sans le soutien des supporters. Les joueurs ont salué la fin du mercato en disant qu’il savaient ce qu’ils avaient à faire et avec quel noyau. Ils ont assuré que les choses allaient changer. Après les mots, place aux actes."

À noter que l’appel à un soutien massif durant 90 minutes a été réitéré.