Les joueurs du club espagnol de Valence ont brièvement quitté la pelouse lors de leur match à Cadix dimanche, le club valencien affirmant que son défenseur français Mouctar Diakhaby a été la cible d'insultes racistes par un adversaire.

"Tout notre soutien à Diakhaby. NON AU RACISME. Le joueur, qui a reçu une insulte raciste, a demandé à ses coéquipiers qu'ils retournent sur la pelouse pour se battre. TOUS AVEC TOI, MOUCTAR", a écrit le Valence CF dans la foulée, sur Twitter.


Autour de la 31e minute de jeu, alors que le score était de 1-1, Diakhaby s'est arrêté de jouer pour s'en prendre à un joueur espagnol de Cadix, Juan Cala. Les deux hommes ont commencé à s'invectiver, puis Diakhaby a indiqué à l'arbitre qu'il allait quitter le terrain, ce qui lui a valu un carton jaune.

Diakhaby a ensuite quitté la pelouse, suivi par tous ses coéquipiers.

"Rejet du racisme"

L'interruption de ce match comptant pour la 29e journée de Liga a duré un petit quart d'heure, puis la partie a repris à partir de la 37e minute, sans Diakhaby, resté aux vestiaires et remplacé par Hugo Guillamon, mais avec encore Cala côté Cadix.

Diakhaby a ensuite pris place dans les tribunes pour regarder la suite du match. Après la mi-temps, Alvaro Cervera, l'entraîneur de Cadix, a décidé de faire sortir Cala et de le remplacer par Marcos Mauro... qui a ensuite inscrit le but de la victoire 2-1 pour Cadix, à la 89e.

Dans la soirée, les deux clubs ont publié chacun un communiqué pour s'élever contre toute forme de racisme. "On ne doute pas de l'honnêteté de tous les membres de notre effectif, qui sont de fervents défenseurs de la lutte contre le racisme", a assuré le club de Cadix dans son communiqué, ajoutant que "tous les auteurs de ce genre de délits, qu'ils soient de notre équipe ou non, doivent payer pour cela".

"Diakhaby nous a dit qu'il y a eu une insulte raciste donc on est rentrés (aux vestiaires). On nous a dit que l'on devait rejouer parce que sinon on allait perdre les trois points, voire plus. C'est Diakhaby qui nous a demandé de jouer, sinon on ne l'aurait pas fait. (...) Lui nous a dit qu'il ne voulait pas rejouer. Diakhaby est effondré. Ca a été une insulte très laide que je ne vais pas répéter", a réagi l'arrière gauche valencien Gaya au micro de Movistar à au coup de sifflet final.

L'entraîneur de Cadix, Alvaro Cervera, a affirmé en conférence de presse d'après-match que "Cala a dit qu'à aucun moment il n'a insulté le joueur. Je dois croire mon joueur. (...) Il ne m'a pas dit qu'il ne lui avait rien dit, il m'a dit qu'il ne l'avait pas insulté".

"Je connais bien Diakhaby... il n'aurait pas abandonné le match sans raison", a réagi sur Twitter Eliaquim Mangala, le milieu de terrain et ex-international français de Valence, actuellement blessé.

"Egalité et rejet du racisme. C'est cela, le match le plus important. Une embrassade pour Diakhaby. Ici c'est ta maison, ta terre", a réagi sur Twitter le président de la communauté autonome de Valence, Ximo Puig.

Quatre mois après PSG-Basaksehir

Cet incident rappelle celui de Moussa Marega en février 2020: le joueur de Porto avait déclaré être victime d'une insulte raciste de la part d'un joueur de Guimaraes et avait décidé de quitter la pelouse, mais il n'avait pas été suivi par ses coéquipiers.

En novembre 2020, en Espagne, à la suite d'une plainte déposée par la Liga, une enquête avait été ouverte à l'encontre de deux supporters de l'Espanyol Barcelone pour des insultes racistes et des cris de singe proférés en janvier 2020 à l'encontre de l'attaquant basque de l'Athletic Bilbao Iñaki Williams.

Le 8 décembre 2020, tous les joueurs du Paris Saint-Germain et de Basaksehir avaient décidé de quitter le terrain du Parc des Princes en plein match de Ligue des champions, en raison de propos racistes du quatrième arbitre roumain, Sebastian Coltescu, à l'encontre de Pierre Achille Webo, membre du staff du club turc.

Début mars, M. Coltescu a été suspendu jusqu'à la fin de la saison par l'UEFA.

Quatre mois après l'incident lors de PSG-Basaksehir, ce nouveau cas de racisme dans un stade de football espagnol intervient à un peu plus de deux mois de l'Euro (11 juin-11 juillet) dont l'une des villes-hôtes sera Bilbao.

Contactée par l'AFP, LaLiga n'a pas encore souhaité réagir, se bornant à répondre que le rapport du corps arbitral, où ces incidents ont été clairement et longuement détaillés, pourrait éventuellement mener à une enquête.