Le black-out observé par les joueurs vis-à-vis de la presse n'est pas au goût de tous les sponsors du club... `Les joueurs représentent de précieux vecteurs de communication lorsqu'ils peuvent s'exprimer, remarque René Duria, de l'ALE. Mais ils ont décidé de se taire tant que la crise perdurera.´

`Ce silence nous cause des préjudices, confirme Jacques Nys, de Superbois. La presse parle moins du Standard et diffuse moins de photos des joueurs. Il y a donc une perte de visibilité étant donné que notre logo n'apparaît plus dans les journaux. De plus, nous réalisons, chaque semaine, un `folder´ publicitaire agrémenté d'un rédactionnel assez important. Les joueurs ne veulent plus s'adresser à nous, nous avons donc décidé de retracer un petit historique du club. Vous êtes d'ailleurs confrontés aux mêmes problèmes, n'est-ce pas?´

`Des enfants gâtés´

Chez Randstad, on ne manie pas la langue de bois lorsqu'il faut parler du comportement des joueurs vis-à-vis des sponsors. `Certains d'entre eux oublient que nous sommes, en quelque sorte, leurs employeurs, remarque Catherine Robert. Les joueurs sont des enfants gâtés qui ne remplissent pas toujours leur rôle de personnalités publiques. Mais la direction du club y est aussi pour quelque chose. Nous avons souvent l'impression d'être là juste pour payer nos factures de sponsoring. Lors de la présentation du nouveau maillot, nous aurions souhaité la présence de journalistes économiques mais il n'en fut rien. Le joueur qui aurait dû présenter la vareuse du Standard est arrivé en retard et aucun autre joueur ne s'est présenté à sa place. Il est aberrant que les joueurs ne soient pas plus pro-actifs avec les partenaires financiers du club. Nous sommes mal placés pour pouvoir juger de la qualité des prestations de l'équipe sur le terrain, mais, dans d'autres clubs, les joueurs ont l'obligation de participer à certaines actions commerciales. Au Standard, ce n'est pas le cas. J'ai vu des gosses pleurer car des joueurs lâchaient leur stylo dès que l'heure de fin de séance des dédicaces sonnait. Ce comportement est honteux vis-à-vis d'enfants pour lesquels ces joueurs représentent un rêve. Il y a un travail de fond à réaliser car il faudrait un profond changement des mentalités.´

© Les Sports 2002