Si vous n’y comprenez pas grand-chose, nous non plus. Alors que l’AISF annonçait il y a une semaine la reprise des matchs amicaux en extérieur pour les sportifs amateurs, la donne pourrait déjà avoir changé.

En effet, les Gouverneurs des provinces ont reçu ce jeudi un e-mail avec, pour origine, le centre national de crise. Celui-ci explique que, après concertation avec le cabinet Intérieur, "les compétitions sportives non-professionnelles sont à ce stade interdites." Rien de neuf à ce niveau. La lettre indique par contre que : "un match amical non-professionnel ne peut pas être organisé qu’il ait lieu au sein même d’un club sportif ou entre des clubs différents."

Les bourgmestres ont été informés.

Contactée, l’AISF se dit étonnée et semble quelque peu perdue également : "Nous sommes au courant de cet échange mais nous attendons pour y voir un peu plus clair. Nous avons considéré que l’activité sportive pouvait aller au-delà d’un simple entraînement, dans le respect des mesures, bien sûr. On parle d’un regroupement de 25 à un moment X, donc pourquoi ne pas rassembler douze joueurs de deux équipes différentes pour un amical ? On n’évoque plus la notion de bulle. Pour nous, une compétition, c’est un championnat, un tournoi… On joue sur les mots. Où est la limite du mot amical ? Les U15 A d’un club ne peuvent pas affronter les U15B du même club, alors ?"

Nous avons également pris contact avec l’Association des Clubs Francophones de Football. "Nous n’avons aucun commentaire à faire. Nous avons fixé un cadre pour les activités à 25, sur base des instructions relayées par l'AISF, et il n'y a pas de match amical au sens fédéral du terme mais, comme le stipule l'AISF, des entraînements balisés sur base du décret."

Voilà qui risque à nouveau de faire couler beaucoup d'encre!