Habituellement très ironique et cynique, Ariël Jacobs était plutôt sérieux, hier, au moment d’évoquer le choc.

"Au match aller à Bruges, nous avions été très mal payés avec le nul, explique-t-il. Il faudra juste essayer de refaire la même performance, le résultat en plus. Je veux des points, je me moque d’avoir un prix de beauté pour le match Les prix de beauté, c’est du mardi au jeudi soir à la télévision !"

Charmé par le niveau d’une "C1" qu’il espère disputer la saison prochaine, Ariël Jacobs s’est aussi montré assez mécontent du fait que le Standard joue avant Anderlecht. "Je vois qu’en Allemagne, les leaders jouent plus souvent en même temps. Mais qu’est-ce que l’Allemagne à côté de la Belgique "

Dubitatif face au décalage de certains matches pour des raisons commerciales, Ariël Jacobs a d’ailleurs refusé de déplacer Anderlecht - Dender, prévu le 25 avril, au lendemain.

Si le "T1" mauve ne veut pas encore évoquer un possible test-match contre le Standard, il ne verrait pas d’un mauvais œil que dans le futur on tienne compte de la différence de buts en cas d’égalité. "En Bundesliga , cela avait donné lieu à une dernière journée pleine de suspense. Cela vaudrait la peine d’y réfléchir sérieusement, et pas devant un comptoir autour d’une chope comme ça se fait chez nous "

La menace Akpala

Pour parvenir à leurs fins, les Mauves devront se méfier du meilleur buteur de l’an dernier, qui retrouve peu à peu ses sensations. Après une période délicate au sein du "Club", le Nigérian semble à nouveau à 100 pc.

Il ne faut pas sous-estimer le bond qui propulse un joueur d’un cercle moyen vers un grand club, rappelle Jacky Mathijssen. La pression est différente, le rythme des matches l’est également. Je trouve que Dirar mais aussi Joseph ont, aujourd’hui, atteint un nouveau palier : ils vont continuer de s’épanouir."

Joseph Akpala a retrouvé, à la fois, le sourire qui égaie de nouveau en permanence son visage avenant et le chemin du but : ils sont très rares les attaquants qui, comme lui, aujourd’hui, ont trompé le gardien adverse à cinq reprises de rang au cours des cinq derniers matches.

"Je ne m’explique ce regain d’efficacité que par une confiance en moi retrouvée mais aussi par le retour de Sonck à mes côtés, analyse le Nigérian . Dès le début de notre association, nous nous sommes compris d’instinct, Wesley et moi."

Joseph Akpala se veut ambitieux. Il confie, toutefois : "Nous sommes loin d’être irrésistibles mais nous nous battons contre l’adversité avec une conviction exacerbée. C’est positif "