Les rencontres entre Diables et équipes africaines sont rarissimes. Sur plus de 600 matches officiels, on n'en dénombre que sept, qui représentent cinq adversaires. L'Algérie sera, ce soir, le sixième.

Parmi eux, deux pays d'Afrique noire, que les Belges avaient recontrés en match de préparation, chaque fois sous la houlette de Paul Van Himst. Une victoire difficile (2-1) grâce à deux buts de Marc Wilmots contre le Gabon de Jean Thissen qui avait ouvert la marque. Et un record absolu contre la Zambie (9-0), ponctué par un autre record: cinq buts pour Josip Weber qui effectuait ses débuts en équipe nationale.

Bien plus difficiles furent les confrontations avec les formations nord-africaines. Toutes trois se trouvent dans un mouchoir au «ranking» de la Fifa, entre la 35e et la 41e place. Face au Maroc, les Belges avaient beaucoup souffert (1-0), à Orlando, en Coupe du monde, malgré un but rapide de Marc Degryse. Le seul match facile fut celui de Sclessin (4-0), lorsque les Marocains furent les victimes du choc psychologique de l'arrivée de Robert Waseige.

La Tunisie, dans le rôle de l'Algérie d'aujourd'hui, avait fait sensation pour la première visite des Diables en Afrique, lorsqu'ils battirent l'équipe de Paul Van Himst par 2-1 en Tunisie en 1992.

Ces Tunisiens, en tenant en échec les Belges à Oita (1-1), lors de la récente Coupe du monde, avaient ébranlé l'équipe de Robert Waseige qui allait se reprendre magistralement lors du match suivant contre les Russes.

Et, entre-temps, il y eut une défaite totalement inattendue de la Belgique contre l'Egypte à Sclessin (0-1). Cette défaite, quoiqu'amicale, allait sonner le glas ou tout au moins le début de la fin de la carrière fédérale belge de Georges Leekens, l'actuel entraîneur de l'équipe algérienne.

© Les Sports 2003