La seizième journée du championnat est depuis longtemps cerclée de rouge dans l'agenda des spécialistes du ballon rond. Normal, c'est celle qui est réservée au premier des deux duels qui doivent opposer Anderlecht au Club Brugeois, un match dont on sait qu'il va obligatoirement constituer un des sommets de la compétition. Ce sera effectivement le cas, ces deux équipes ayant eu le bon goût de s'installer, avant leur affrontement de ce samedi, aux deux premières places du classement avec un écart de points qui offre une seule certitude: même battu au Parc Astrid, le Club Brugeois, qui a hérité ce week-end du titre honorifique de champion... d'automne, conservera son leadership. Une réalité qui devrait donc éviter aux protégés de Trond Sollied de ressentir le poids de cette pression qui, à l'inverse, sera omniprésente dans l'esprit des Bruxellois dont leurs supporters attendent qu'ils puissent enfin leur offrir cette grande victoire à domicile dont ils ont été privés depuis de trop nombreux mois. Mais si le choc Anderlecht-Club Bruges va capter l'essentiel de l'attention, cette seizième journée, simple fruit du hasard, va aussi s'affirmer très importante pour tous les poursuivants des deux équipes de tête. Imaginez, effectivement, qu'outre le duel entre le Sporting et le Club, le menu du week-end à venir nous propose aussi un certain Charleroi-Genk et un alléchant La Gantoise-Standard. Faites vos comptes, ces trois matches vont, ni plus ni moins, permettre aux six premiers classés de s'affronter! S'il n'est pas trop surprenant de retrouver là des formations comme celles du Standard et de Genk, dont le retour en forme se confirme, qui aurait osé parier que La Gantoise mais surtout Charleroi appartiendraient à ce groupe de privilégiés? Car les Zèbres, qui ne cessent de courir au grand galop, ont, hier, face à un FC Brussels toujours aussi malade, ajouté un nouvel atout à leur panoplie: le sens du... réalisme! Jamais, effectivement, ces dernières saisons, Charleroi n'aurait gagné ce match disputé hier à Molenbeek! Une incroyable métamorphose que l'on doit, nous ne cessons de le répéter, aux qualités tactiques et psychologiques de Jacky Mathijssen, de loin le meilleur transfert de Charleroi depuis de nombreuses années. Et à propos de transfert, nous ne doutons plus que ce mot sera à la mode, au mercato, du côté du Brussels, de Mons et d'Ostende. Dans ces trois clubs-là, largués dans les profondeurs du classement, on se force déjà à croire aux miracles sous la forme de l'arrivée au club de celui qui sera le sauveur! Mais en existe-t-il un fort assez pour renverser une cause qui paraît désespérée?

© Les Sports 2004