Il semble écrit qu'à chaque fois que Mbo Mpenza quitte Mouscron, le hasard du calendrier le pousse à fourbir ses premières armes face au club hennuyer. Le 8 août 1997, fraîchement transféré à Sclessin, en compagnie de son frère Emile, Mbo ouvrit la compétition par un explosif Standard - Mouscron qu'il dynamita en inscrivant le premier but du championnat (1-1). Le néo-Anderlechtois rêve sans doute d'à nouveau être le premier buteur de la compétition 2004/2005, qu'il entamera donc, encore, par un duel face au club de son coeur. «Qui je serai heureux de croiser ce soir? Francky (NdlR: Vandendriessche) ! Cela signifierait que je me suis créé de nombreuses occasions...» sourit l'ancien attaquant du Sporting Lisbonne, heureux de retrouver ses supporters hurlus: «Je me souviens qu'avec le Standard, ils m'avaient réservé un accueil chaleureux. Je m'attends à la même chose, dans un Canonnier bien garni...»

Les sympathisants de l'Excel ressentiront néanmoins une pointe de nostalgie en applaudissant leur ancienne idole que leur club n'a pas été capable de retenir. «Mouscron est à une saison charnière", analyse le médian des Diables. "Le club doit, à nouveau, reconstruire. Mais l'Excelsior a toujours su sortir des joueurs inattendus, capables de maintenir le club parmi les bons élèves du championnat. Qui connaissait Laybutt ou Pieroni il y a un an? Et qui avait entendu parler des... Mpenza en 1996?»

Artisan du titre en 2004!

Star vénérée le long de la frontière, «Mbo-l'Anderlechtois» est heureux de désormais «partager la vedette». Même s'il sait la pression plus forte: «À Lisbonne, chaque entraînement était filmé, devant des dizaines de supporters. Partout, dans les grands clubs, la pression est identique. Moi, je continuerai à être le même, homme et joueur. A l'Excel, je devais aussi prouver quelque chose, mais Anderlecht ne peut être que premier, voire deuxième. Je sais que le Sporting attend beaucoup de moi, mais j'attends aussi énormément de lui. Si je suis monté à la capitale, c'est parce que je recherchais ce qu'il y a de mieux en Belgique afin d'enrichir mon palmarès. S'il ne s'était agi que d'argent, j'aurai quitté le pays. Je suis à Anderlecht pour être champion, et pour jouer la C 1...»

Avec le coach qui, après une expérience enrichissante mais infructueuse à Galatasaray, a relancé sa carrière... à Mouscron. «Hugo Broos n'a pas changé, mis à part quelques cheveux blancs de plus", sourit Mbo Mpenza. «Il restera toujours le même: quand il a son idée, il la garde. Son obstination fait sa force. C'est en respectant sa ligne de conduite, en faisant fi des éléments extérieurs, qu'il a mené Anderlecht au titre..."

Pourtant le 23 février 2003, la carrière mauve d'Hugo Broos faillit bien ne pas perdurer jusqu'au terme de sa première saison. Une défaite 1-0 au... Canonnier avait plongé le RSCA dans la crise, dont il allait sortir vite grâce à une belle victoire en Coupe de l'UEFA contre le Panathinaikos. Ce revers hurlu allait être le dernier (mis à part un ultime match mouvementé à Beveren) d'une saison terminée en boulet de canon par les Mauves qui allaient jeter les bases de leur titre 2004. Ce 1-0 fut donc un véritable électrochoc salvateur, pour le Sporting... et Broos. Un 1-0 signé... Mbo Mpenza, donc détonateur d'un titre mauve...

© Les Sports 2004