Le thème du tifo a été choisi il y a plus de six mois, assurent les Ultras Inferno.

Le thème du tifo qui a fait polémique dimanche, sur lequel Steven Defour apparaissait décapité, avait été choisi il y a plus de six mois, soit bien avant le transfert du joueur à Anderlecht, assure lundi dans un communiqué le groupe de supporters du Standard Ultras Inferno. Ils disent cependant comprendre que la banderole ait pu "heurter certaines sensibilités" et ajoutent qu'ils en tiendront compte lors de leurs prochaines actions. "Le thème du tifo a été mis sur la table il y a plus de six mois et est inspiré du célèbre film d'horreur 'Vendredi 13'", soulignent les Ultras. "Le projet de base ne comportait pas le visage de Steven Defour, mais vu son transfert à Anderlecht, il a été ajouté. Il ne fut nullement question de faire un parallèle aux dramatiques événements survenus récemment."

Les supporters comprennent que la banderole ait pu choquer, mais soulignent qu'à "l'instar des caricatures dans les journaux satiriques, il y a toujours plusieurs grilles de lecture". Le message symbolique de cette animation était selon eux à prendre "au 36e degré". Ce que les Ultras voulaient dire à Steven Defour est "nous t'avons adulé, tu nous as trahis, tu n'es plus le bienvenu ici". Ils réfutent toute incitation à la haine et martèlent qu'ils n'ont jamais appelé leurs membres à porter atteinte à l'intégrité physique du joueur.

Les Ultras Inferno répondront positivement aux invitations du club et des autorités pour exprimer leur vision des choses.

En revanche, dénonçant le "lynchage médiatique unanime" dont ils estiment avoir fait l'objet et des "liens totalement simplistes par certains organes de presse", ils ne communiqueront pas davantage sur le sujet.


Réunion entre le bourgmestre de Liège, le club et les supporters samedi

La réunion organisée à la demande du bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, en raison du tifo polémique arboré dimanche lors du match Standard-Anderlecht, se tiendra samedi prochain à 10 heures. Dans la foulée de la polémique née suite à la banderole réalisée par le club de supporters "Ultras Infernos", Willy Demeyer avait demandé à ce qu'une réunion soit organisée dans la semaine pour discuter de ce tifo qui montrait Steven Defour décapité.

Cette rencontre aura finalement lieu samedi 31 janvier, à 10 heures, dans un lieu qui doit encore être déterminé. Elle réunira le bourgmestre de Liège, les responsables du club de foot et des représentants des supporters.

Willy Demeyer a déclaré lundi que le monde du football ne devait pas se sentir au-dessus des lois et que l'opportunité de déposer une plainte au pénal était étudiée, pour incitation au meurtre et à la haine.