A l'instar de son vis-à-vis entraîneur adjoint qu'est Frédéric Tilmant... mais dans d'autres proportions (le Carolo a inscrit la bagatelle de 108 buts pour le compte du Sporting!), Dante Brogno est le meilleur buteur de toute l'histoire de son club. Les deux hommes, qui ont pas mal de points communs, s'apprécient. «Je connais bien deux sociétaires du Tivoli pour avoir été respectivement leur équipier et leur adversaire», souligne Brogno. « Alex Teklak et Frédéric Tilmant sont des garçons très forts de caractère avec la particularité rare d'être toujours restés terre à terre.»

Mais venons-en au dernier véritable (ou presque) derby hennuyer (Mouscron est aux antipodes de Charleroi) de D 1: «Ce match est particulier par sa nature tandis qu'il entre dans un contexte qu'il nous faut gérer. Nous allons disputer quatre matches de championnat dont trois en déplacement et un autre de Coupe en l'espace de 18 jours. J'apparente un tel programme à celui qui attend les coureurs du Tour de France à l'approche de cinq cols de haute montagne à devoir franchir d'affilée. C'est au caractère que nous surmonterons ces obstacles, à commencer par celui qui nous est imposé aujourd'hui.»

Les Louviérois rendront visite à des Carolos plus déterminés que jamais, qui veulent à la fois assurer leurs arrières et comptabiliser les points qu'ils méritent: «Nous avons le sentiment d'être en progrès constant. Si nous conservons notre ligne de conduite en confirmant une constance palpable, nous atteindrons la position franchement confortable que nous revendiquons de plein droit. Le point de départ pourrait s'avérer capital!»

Sortir soudé de la difficulté

Du côté louviérois, inutile de rappeler que la semaine de préparation n'a pas été de tout repos même si, de par les conditions météorologiques qui ont prévalu le week-end dernier, c'est de 15 jours que les visiteurs de ce soir ont bénéficié pour aborder un choc hennuyer qu'ils avaient savouré la saison dernière. Ce soir-là, lors de la première journée du championnat, les boys de Cartier avaient régné à Charleroi (2-5). Peu s'attendent à une démonstration vert et blanc ce soir mais le football est si aléatoire qu'il serait sot de miser un kopeck (de toute manière, ce n'est pas trop conseillé par les temps qui courent) sur un résultat acquis d'avance. «On a perdu une demi-journée de travail. C'est embêtant et ça a perturbé le groupe. Une telle arrivée d'enquêteurs, ça marque même si on tente d'oublier, souligne Michaël Cordier. Mardi, on a répondu aux questions des enquêteurs et après, on s'est remis au travail.»

Dans ces cas-là, soit on plonge mentalement, soit on en ressort plus fort. C'est cette révolte psychologique qu'attend le président Gaone. C'est celle-ci que les joueurs désirent offrir. «Nous n'avons rien à nous reprocher et il y a des points à prendre », enchérit le dernier rempart des Loups. «On va tous se donner à 100pc et on espère en être récompensé. On s'est beaucoup parlé et on veut montrer un visage soudé afin de prouver qu'on peut réaliser des résultats. »

Charleroi: Laquait, Detal, Varga, Ribault, Ciman, Forschelet, Chabaud, Kraouche, Christ, Sterchele, Orlando.

La Louvière: Cordier, Blay, Ekani, Guilmot, Montoya, Teklak, Oliseh, Emeran, Brahami, Mazurkiewicz, Jbari.

Arbitre: M. De Bleeckere.

Match: Sa. 18h.

© Les Sports 2005