Les Amstellodamois devaient s'imposer pour rester en C1, sinon ils étaient renvoyés en Europa League et l'Atalanta poursuivait son parcours. Malgré tous ses efforts, l'Ajax n'a pas trouvé la faille à l'inverse de l'Atalanta, en fin de match (0-1), alors que l'Ajax était réduit à dix. Liverpool, déjà assuré de figurer au programme du "Sweet 16" et de finir premier de la poule, se déplaçait pour le plaisir à Midtjylland, éliminé, où Dion Cools était aligné à l'arrière droit. Divock Origi était lui titularisé chez les champions d'Angleterre, à l'effectif largement modifié. Il sera remplacé à la 71e minute. Les Reds n'ont pu ramener qu'un partage (1-1). Les Amstellodamois ont d'emblée pris le jeu à leur compte et assurèrent l'essentiel de la possession du ballon. Les Bergamasques étaient contraints de défendre et y parvenaient parfois avec la manière forte. Ils plaçaient ensuite des contres. Et de Roon ne fut pas loin d'ouvrir la marque au quart d'heure en faveur de l'Atalanta (15e).

La rencontre, très hachée par les fautes des deux côtés du terrain, n'offrait pas d'occasions franches.

Les montées au jeu de Promes, Huntemaat et Ekkelenkamp après la pause ne permirent pas à l'Ajax de trouver l'ouverture. Ils ont réclamé en vain un penalty (68e). L'exclusion à la suite d'un 2e bristol jaune du talentueux Gravenberch (79e) compliqua encore davantage les choses pour eux.

Sur un nouveau contre italien, Freuler lança Luis Muriel. Le Colombien ne manqua pas de tromper Onana (0-1, 86e). L'Atalanta était en huitièmes de finale de la Coupe aux grandes oreilles.

Au Danemark, les Reds croyaient avoir assuré le service minimum, grâce à Salah qui a trouvé l'ouverture dès la 1re minute (0-1). C'était sans compter sur l'engagement des hommes de Brian Priske. L'intervention du VAR leur offrit un penalty qu'Alexander Scholz convertit (1-1, 62e). L'ancien joueur de Lokeren, du Standard et du Club Bruges a même cru offrir la victoire à ses couleurs mais son but était annulé par le VAR (hors-jeu) à la 77e minute. Une mésaventure qui est aussi arrivée, côté Liverpool, une main préalable de Minamino étant signalée par l'arbitrage vidéo (90e).

Au classement final du Groupe D, Liverpool termine en tête (13 points) devant l'Atalanta (11). L'Ajax est troisième et replacé en seizièmes de finale de l'Europa League (7 pts). Midtjylland, 4e (2 pts), a fini sa campagne européenne.

Plus d'informations à venir...

Au lendemain de l'incident raciste, PSG-Basaksehir s'est terminé par un succès parisien

La rencontre de Ligue des champions entre le Paris Saint-Germain et le club turc de Basaksehir Istanbul, où Nacer Chadli et Boli Bolingo ont débuté le banc, s'est finalement terminée mercredi au Parc des Princes par la large victoire 5-1 des finalistes de la précédente édition. Le match avait été arrêté mardi après 13 minutes de jeu, alors que le score était toujours de 0-0. Les joueurs des deux équipes avaient quitté le terrain à la suite d'une remarque raciste du 4e arbitre le Roumain Sebastian Coltescu à l'adresse du coach adjoint de Basaksehir le Camerounais Pierre-Achille Webo. Il voulait lui voir attribuer un carton rouge pour protestation et l'avait désigné à l'arbitre principal, Ovidiu Hategan, comme "le noir" en roumain ("negru"), provoquant la colère des deux équipes.


Le résultat du match n'avait pas réellement d'importance. Le PSG était qualifié pour les huitièmes de finale après la victoire mardi de Leipzig 3-2 aux dépens de Manchester United. Basaksehir était déjà éliminé.

Au classement final du groupe H, le PSG termine premier avec 12 points. Leipzig est 2e avec le même nombre de points. Les Parisiens ont gagné le face à face (défaite 2-1 et victoire 1-0) et devancent les Allemands. Manchester United, 3e, avec 9 points est reversé en seizièmes de finale de l'Europa League. Basaksehir, 4e avec 3 points, est éliminé.

"Non au racisme", pouvait-on lire mercredi dans l'une des tribunes centrales.

Joueurs et arbitres ont marqué leur indignation face au racisme en mettant un genou à terre et pour certains en levant le poing et baissant la tête avant la reprise du jeu.

Webo, qui avait reçu un carton rouge mardi, avait vu sa sanction suspendue par l'UEFA dans l'après-midi dans l'attente d'une enquête. Il avait donc pris place sur le banc turc.

Le match dirigé par le Néerlandais Danny Makkelie a pris tournure dès la 21e minute quand le magicien Neymar planta un ballon dans la lucarne (1-0). A la 38e, le Brésilien signait un doublé (2-0). Le défenseur parisien Bakker se voyait ensuite refuser un but en raison d'un hors-jeu, mais la phase revue par le VAR offrait un penalty au PSG, pour une faute du gardien Günok sur Neymar. Il permettait à Mbappé d'ouvrir son compteur cette saison, de mettre fin à sept matchs de C1 sans but, et de porter son total à 20 buts en 40 rencontres de Ligue des Champions en carrière (3-0, 42e).

Le match à sens unique se poursuivit après la pause. Monté au jeu, De Maria servait Neymar qui signait son triplé de la soirée (4-0, 52e). "Ney" a aligné mercredi ses 4e 5e et 6e buts lors de ses trois derniers matchs en Ligue des Champions.

Mehmet Topal, d'une déviation, sauva l'honneur des Stambouliotes (4-1, 57e).

Mbappé, sur un nouvel assist de Di Maria, frappait encore cinq minutes plus tard (5-1, 62e). Le compte était bon.

La montée au jeu de Chadli à la 89e minute fut purement anecdotique.