Liverpool n'est plus l'équipe flamboyante d'il y a 25 ans, ni un prétendant au titre de champion d'Angleterre depuis plus de quinze ans, mais son histoire d'amour avec l'Europe ne s'est jamais démentie, malgré six ans de bannissement après le drame du Heysel. Avec cinq C1 pour six finales, les "Reds" ne sont devancés au palmarès que par le Real Madrid et leur adversaire de ce soir en finale de la Ligue des champions, l'AC Milan. Cette histoire d'amour ne s'est jamais autant entendue qu'à la mi-temps de la finale d'Istanbul en 2005, alors que les "Reds" étaient menés 3 à 0 par Milan.

Le 1er titre avait été remporté à Rome contre le Borussia Mönchengladbach en 1977, début d'une ère de domination des "Reds" qui les verra remporter quatre Coupes des clubs champions en huit ans.

Liverpool récidive en 1978 contre Bruges (1-0). En 1981, le Real subit la loi des "Reds" à Paris (1-0). L'idylle est brutalement interrompue en 1985. Une charge de supporteurs anglais sur les tifosi turinois provoque un mouvement de panique et la mort de 39 personnes, dont 34 Italiens. Liverpool, présent pendant 21 saisons consécutives dans une compétition européen- ne est banni six ans comme toutes les équipes anglaises. Quand elle revient, l'équipe n'est plus un grand d'Europe. Plus qu'avec la victoire en Coupe de l'UEFA en 2001, Liverpool renoue avec son histoire d'amour à Istanbul. S'ils ramenaient une 6e Coupe, Benitez et Gerrard rejoindraient au panthéon "Reds" Paisley, Neal, Clemence, Keegan, Rush, Souness, et Dalglish. (Belga)