Le juge des référés de la chambre flamande du tribunal de première instance de Bruxelles a rendu son ordonnance jeudi matin concernant la plainte de Lokeren (D1). Le juge a rejeté cette plainte. C'est donc Waasland (D2) qui affrontera Anderlecht samedi au stade Constant Vanden Stock en huitièmes de finale de la Coupe de Belgique.

Lokeren avait porté plainte en justice parce qu'il n'admettait pas la sanction du comité sportif de l'Union belge et le fait que la commission d'évocation ait jugé sa plainte irrecevable. Le comité a infligé un score de forfait (0-5) pour le match de seizièmes de finale de la Coupe de Belgique opposant Lokeren à Waasland, rencontre qui s'était soldée sur le score de 1-0 sur le terrain.

Lokeren a été sanctionné pour n'avoir aligné, lors du match face à Waasland du 24 novembre, que trois joueurs formés en Belgique, alors que selon le réglement, un club doit inscrire sur la feuille d'arbitre au moins quatre joueurs formés en Belgique (Belges ou étrangers qui ont été formés dans un club belge pendant trois saisons avant d'atteindre l'âge de 23 ans).

Les instances de la fédération ont décidé que c'était Waasland qui devait rencontrer Anderlecht samedi en huitièmes de finale et cette décision est donc d'application puisque seule la justice pouvait l'invalider, ce qui ne fut pas le cas. "Nous avions senti venir cette nouvelle", a réagi Patrick Orlans, manager de Lokren. "Nous espérions que le juge des référés nous donne raison. Maintenant, nous sommes définitivement sortis de la Coupe de Belgique. Cela aura de lourdes conséquences d'un point de vue financier. En outre, ce n'est pas Waasland qui a porté plainte dans cette affaire. Nous sommes victimes d'un excès de zèle de l'Union belge, ce qui est plus grave. C'est une lourde sanction, à laquelle nous devons malheureusement nous ranger".

Waasland et ses clubs de supporters ont déjà acquis 1.800 tickets pour la rencontre et affrété plus de trente bus pour les acheminer au Parc Astrid.