Les deux premiers quarts de finale aller de la Ligue des champions se sont soldés mardi par des nuls, de bon augure pour Arsenal, qui jouait à Villarreal (1-1), et plus inquiétant pour Manchester United (2-2), qui devra arracher sa qualification sur le terrain du FC Porto.

Manchester United - FC Porto 2-2

Un Manchester United petite cuvée a concédé mardi à Old Trafford un nul heureux face à une équipe de Porto dominatrice (2-2), résultat qui met les tenants du titre en danger avant le quart de finale retour de la Ligue des Champions.

L'équipe d'Alex Ferguson, fatiguée en cette fin de saison, a souffert devant une formation solide qui peut regretter sa naïveté en contres et une énorme erreur défensive: elle a permis à Wayne Rooney (15e) de répondre à l'ouverture du score de Cristian Rodriguez (4e). Carlos Tevez croyait avoir offert la victoire aux locaux en fin de match (85e), avant que Mariano ne fasse prévaloir la logique (89e).

Manchester était cueilli à froid par le pressing des Portugais remarquablement organisés. Après une frappe sèche de Lisandro repoussée par Edwin Van der Sar (3e), Rodriguez héritait d'un ballon bêtement perdu par Cristiano Ronaldo et mal repoussé par Jonny Evans. L'Uruguayen fixait et marquait d'un tir brossé du gauche dans le petit filet opposé (4e, 0-1).

Maladroits, fébriles, les tenants étaient remis dans le coup par une bourde du défenseur central Bruno Alves qui adressait une passe en retrait à son gardien sans voir Wayne Rooney intelligemment parti dans son dos. Très calme, l'Anglais ne laissait aucune chance à Helton (15e, 1-1) qui venait de sortir une tête piquée de Ronaldo (14e).

Manchester était bien payé. Frustrés de voir leur excellente entame gâchée, les Portugais repartaient à l'offensive: des têtes de Rodriguez trouvaient Van der Sar sur la trajectoire (18e et 28e) et il manquait quelques millimètres à Lisandro pour couper un centre (19e).

Manchester reprenait un peu ses esprits mais à l'exception de Rooney, manquait d'énergie et ne sollicitait pas Helton avant l'heure de jeu : le gardien claquait un centre-tir vicieux de Rooney (59e) avant de se mettre à la parade sur une tête de Nemanja Vidic (60e). Il se "trouait" sans conséquence sur un centre de Gary Neville (77e).

Il ne pouvait rien quand Tevez se précipitait pour reprendre de près une jolie aile de pigeon de Rooney (2-1, 85e). Mais Mariano héritait du ballon, seul au second poteau, sur un centre de Lisandro détourné par John O'Shea. Le remplaçant ne ratait pas l'occasion (89e).

Villarreal - Arsenal 1-1

Arsenal, dopé par les retours de Fabregas et Adebayor, a ramené un bon résultat de Villarreal mardi (1-1) et n'a plus qu'à conclure à domicile dans une semaine pour entrer dans le dernier carré de la Ligue des champions.

Les "Gunners", bourreaux de Villarreal en demi-finale de l'édition 2005-2006 de la Ligue des champions (1-0, 0-0), ont d'abord été cueillis à froid dans ce quart de finale aller par un missile du capitaine de Villarreal, Marcos Senna, en pleine lucarne du but d'Almunia (1-0, 10e).

Les choses ne s'arrangeaient pas pour le club londonien, qui déplorait la blessure de deux joueurs majeurs: le gardien espagnol Manuel Almunia et le défenseur français William Gallas.

Les deux se sont blessés lors de contacts avec l'attaquant italien de Villarreal, Giuseppe Rossi, et après avoir poursuivi chacun quelques minutes ont finalement dû demander le changement.

Almunia, touché à la cheville droite, a cédé sa place à la 28e minute à Lukasz Fabianski. Gallas, blessé au genou droit, a été remplacé par Johan Djourou en fin de première période (43e).

Fabianski n'a pas eu le temps de se chauffer et a dû sortir une incroyable double parade, d'abord sur une frappe à ras-de-terre de Senna, mis en confiance par son missile, puis dans la foulée sur une tentative à bout portant de Capdevila (30e).

Arsenal s'est montré beaucoup plus à son aise en seconde période et sur une ouverture lumineuse de Cesc Fabregas, Emmanuel Adebayor contrôlait parfaitement de la poitrine avant de tromper Diego Lopez d'un spectaculaire retourné (1-1, 66e). Les deux hommes s'étaient déjà parfaitement trouvés ce week-end en Championnat (2-0 contre Manchester City).

Villarreal, qui n'a jamais perdu à domicile contre des équipes anglaises - quatre matches nuls contre Manchester United (2) et Arsenal (2), deux victoires face à Middlesbrough et Everton - devra comme en 8e de finale face au Panathinaïkos (1-1, 2-1) aller chercher sa qualification à l'extérieur.

Le milieu français de Villarreal et ancien "Gunner" Robert Pirès, remplaçant et entré en jeu pour les 20 dernières minutes, a déjà prévenu que son équipe savait "voyager".