Le Bayern Munich, l'Ajax Amsterdam et la Juventus Turin dès le mois de mars. Puis, dit-on, le FC Arsenal venu avec un chèque de deux millions de livres. Enfin, «il y a une semaine à peine, raconte Michel Verschueren, le Bayern Munich a retenté sa chance: les Allemands ne tarissent pas d'éloges sur Vincent Kompany. Nous leur avons fait comprendre qu'il ne servait à rien d'insister: il est hors de question que nous nous séparions de lui.»

Depuis quelque temps, les choses ont donc tendance à se précipiter pour le jeune arrière central du Sporting d'Anderlecht. Et pour cause: Vincent Kompany est un surdoué! La preuve: la dernière équipe à s'être officiellement intéressée à lui n'est autre que Manchester United. Les Britanniques avaient dépêché l'un de leurs émissaires au Parc Astrid il y a huit jours, à l'occasion du match de Ligue des Champions qui vit Anderlecht battre le Celtic Glasgow. La prestation, éblouissante, que Vincent Kompany livra ce soir-là face au duo Hartson-Larsson sous les yeux de Martin Ferguson, le frère d'Alex Ferguson, n'a laissé personne indifférent du côté d'Old Trafford. Au point que Manchester United envisagerait sérieusement de prendre langue avec le Sporting d'Anderlecht afin de débattre officiellement de l'éventualité du transfert du Bruxellois outre-Manche.

S'ils désirent convaincre Vincent Kompany de s'en aller du stade Constant Vanden Stock avant la date que lui-même s'est fixée dans sa tête, les Britanniques ont intérêt à bien préparer ce dossier dans la mesure où le stopper anderlechtois ne semble pas manifester actuellement la moindre envie de quitter la Belgique. Il l'a encore répété tout récemment, insistant alors sur le fait que «partir aujourd'hui d'Anderlecht serait une très mauvaise chose en soi, tout simplement parce que je ne me sens pas encore prêt à franchir ce pas. Mon apprentissage n'est pas terminé.»

Pas encore 18 ans

Vincent Kompany est sous contrat avec le Sporting jusqu'en juin 2006. Pour peu que celui-ci ne perde pas le sens des réalités en entamant, avec son club formateur, un bras-de-fer dévastateur par le biais de la fameus

e loi 1978, les Bruxellois ont leur prodige sous... contrôle durant deux saisons et demi encore. Voire même davantage.

Et pour cause: ce lundi après-midi, Vincent Kompany et son conseil rencontraient les dirigeants du Sporting afin de jeter les bases d'un avenir qui, pour les deux parties, s'annonce radieux au moins jusqu'en juin 2008. L'Anderlechtois n'ayant pas encore dix-huit ans, aucun accord écrit n'a ratifié cet échange: ce n'est que le 10 avril, lorsqu'il aura fêté son anniversaire, que Vincent Kompany pourra joindre le geste à la parole en apposant sa signature au bas d'un document protégeant à la fois ses intérêts et ceux de son employeur. Un choix logique. En dépit de l'immense talent qu'on lui prête, à juste titre du reste, Vincent Kompany, compte tenu de son âge, subira tôt ou tard le contrecoup de sa fulgurante ascension. Par conséquent, autant qu'il passe cette délicate période transitoire entre la révélation et la confirmation dans un environnement où il possède déjà tous ses repères. Vouloir brûler les étapes n'est jamais bon. Cela peut même s'avérer suicidaire. Heureusement, Vincent Kompany est bien entouré. Ses proches veillent sur lui, non sans lui rappeler que son statut, naissant, de futur grand ne doit pas l'empêcher de cultiver certaines valeurs: or, la reconnaissance envers Anderlecht est assurément l'une d'entre elles...

© Les Sports 2003