En sortant du vestiaire, mercredi, Marouane Fellaini ne mâchait pas ses mots : "On ne se mouille pas le maillot, avait-il dit. C’est scandaleux : on n’est pas fiers de porter le maillot belge."

Marouane Fellaini, gardez-vous le même avis, après une nuit de sommeil ?

Quand on voit jouer la Bosnie, on peut en déduire que nous manquons de cette envie. Non ? Je ne sais pas pourquoi les autres équipes nationales sont si fières de porter le maillot de l’équipe nationale, et nous, nous n’avons pas cette exaltation.

Cela s'est dit en groupe ?

Non. Ce n’est pas mon rôle. Il y a des joueurs plus âgés que moi pour cela.

Estimez-vous que vous, personnellement, vous avez joué avec fierté de vos couleurs ?

En tout cas, j’ai essayé de me mouiller le maillot. J’ai mieux joué que samedi; j’ai plus joué balle au pied. J’ai donné le maximum. Si c’est le cas de tout le monde ? Je ne sais pas. Mais on a perdu, et donc, on n’a pas bien joué.

Vous en avez marre de l'équipe nationale ?

Non, mais je ne viens pas ici pour être ridicule. Je n’y comprends rien. On a bien commencé la campagne, on a sorti deux gros matches, et, maintenant, on perd deux fois contre la Bosnie. Ça me dégoûte. Pourtant, cette fois-ci, on a joué un bon match, mais on a commis une erreur de marquage et on était mal placé sur les contres.

Ce groupe a-t-il le talent pour une Coupe du Monde ?

Il y a du talent. Mais il faut le montrer sur le terrain. Vous avez vu comment les Bosniaques sont montés sur le terrain ? Comme des guerriers. Eux, ils avaient l’envie.

Vous avez pris la parole lors de l'entretien en groupe de lundi.

Ce n’est pas nouveau. Au Standard, je levais aussi la voix quand il le fallait. Je ne dis pas grand-chose, sauf quand j’ai vraiment quelque chose à dire.

Le coach sera-t-il viré ?

On n’en parle pas en groupe. Il a essayé de faire le maximum. Ce sont les joueurs qui doivent le faire sur le terrain. Il est vrai qu’il a demandé de lancer des longs ballons vers De Camargo et moi, samedi, mais on a abusé.