L'Olympique de Marseille a renoué les fils de sa riche histoire européenne en se qualifiant jeudi pour la finale de la Coupe de l'UEFA de football aux dépens du club anglais de Newcastle, l'emportant 2-0 grâce à un doublé de l'inévitable Didier Drogba après le nul blanc du match aller. Le 19 mai, Marseille disputera à Göteborg, en Suède, sa quatrième finale de Coupe d'Europe, après la finale perdue de Coupe d'Europe des clubs champions (contre l'Etoile rouge de Belgrade) en 1991, la victoire de la bande à Raymond Goethals en Ligue des champions sur le Milan AC en 1993 et la finale de Coupe de l'UEFA perdue face à Parme en 1999.

Après Monaco, qui s'est qualifié pour la première finale de Ligue des champions de son histoire, mercredi à Londres, la performance de l'OM vient compléter le beau printemps des clubs français sur la scène continentale. Retrouver deux clubs français dans deux finales européennes n'était en effet plus arrivé depuis 1996 (avec le Paris Saint-Germain en Coupe des Coupe et Bordeaux en Coupe de l'UEFA).

Le double effet Drogba

Le succès de Marseille, acquis dans un stade Vélodrome en ébullition mais sur lequel a plané la peur d'une égalisation de Newcastle jusqu'au deuxième but de Didier Drogba (82e) d'une frappe du plat du pied, s'est dessiné lors d'une première période exceptionnelle de maîtrise et de concentration, ponctuée par le premier but de l'Ivoirien (18e).

Sur une contre-attaque initiée par Camel Meriem, l'international ivoirien de l'OM se jouait du défenseur Hughes en talonnant pour lui même avant de battre le gardien Given de près du gauche. Drogba n'a pas été le seul grand homme du match. Meriem, dans un rôle de maître à jouer et de passeur hors pair, a brillé tout au long de la rencontre, offrant non seulement la balle de but à Drogba mais créant constamment le danger sur l'aile gauche ou dans l'axe, avec en plus une hargne et une combativité qu'on ne lui connaissait pas. Après la pause, les Anglais, annihilés en première période, se réveillaient, Shearer et Ameobi notamment, et contrôlaient le jeu. Mais l'Olympique de Marseille, bien en place tactiquement, faisait le dos rond et doublait la mise au bon moment pour s'adjuger le scalp d'un nouveau ténor après Liverpool en huitièmes de finale et l'Inter Milan en quarts.

Mais l'adversaire que les Marseillais défieront en finale est un autre kador du football européen. Les Espagnols de Valence, qui se sont contentés du service minimum pour éliminer leurs compatriotes de Villareal (1-0; 0-0 à l'aller), trônent actuellement en tête de la Liga. Et pourront tabler sur leur expérience des grands rendez-vous, eux qui disputeront leur troisième finale européenne en cinq ans, après avoir atteint celle de la Ligue des champions en 1999 et en 2000.

© Les Sports 2004