Une victoire ou l'oubli: Marseille sait déjà de quoi sera fait son avenir avant sa demi-finale retour de la Coupe de l'Uefa contre Newcastle jeudi au stade Vélodrome.

Eliminer Newcastle, tenu en échec à l'aller (0-0), mettrait le club français dans l'avion pour Göteborg (Suède) où se disputera la finale le 19 mai, face aux Espagnols de Valence ou Villarreal. Ce serait là l'occasion de dépoussiérer les archives du club car l'OM participerait alors à sa quatrième finale de Coupe d'Europe, sa deuxième de l'UEFA après celle perdue contre Parme en 1999 à Moscou. Soit la perspective d'inscrire une ligne à un palmarès désespérément bloqué en 1995 (champion de D 2) malgré des centaines de millions d'€ engloutis dans cette machine à rêves.

Une défaite alimenterait, quant à elle, l'idée que les exploits précédents contre l'Inter Milan et Liverpool n'ont servi à rien. En rester là, ce serait en outre la garantie d'une fin d'année maussade. Car l'OM a trouvé dans cette épreuve matière à sauver sa saison, où sa sixième place en championnat ne correspond en rien aux ambitions initialement proclamées.

La fâcheuse défaite face à Metz au stade Vélodrome dimanche (1-0) n'a fait que renforcer l'impression de gâchis. Et il est clair que, sans l'échappatoire européen, la motivation du groupe baisserait sérieusement. «On joue notre saison», avoue José Anigo, l'entraîneur phocéen. «Tous les matches qu'on a joués en UEFA étaient déjà des finales. Personne ne pourra tricher jeudi. On ne lâchera rien», lance aussi Didier Drogba.

Bref, le Vélodrome aura toutes les raisons d'être jeudi une bombe atomique, comme l'avait maladroitement promis Anigo à l'issue du match aller, où il avait parlé de «ballottage favorable».

Le problème est que Newcastle se trouve à peu près dans la même situation que Marseille. Voire pire. Car les Magpies, eux, bien que toujours dans la course à la 4e place en championnat (qualificative pour le tour préliminaire de la C 1), n'ont rien gagné depuis 35 ans. L'équipe de Bobby Robson, en particulier Alan Shearer, est animée par une envie d'en finir avec ce sort de «losers magnifiques». Malgré des défections en pléthore, les Anglais du Nord et leurs fans magnifiques de passion (ils seront environ 3500 à Marseille) sauront sans nul doute se montrer à la hauteur d'une mission qu'ils jugent à juste titre historique. Marseille n'en pense pas moins.

Doublé pour Valence?

Leader du championnat d'Espagne devant le Real Madrid, Valence, qui a procédé à des rotations au sein de son effectif depuis le début de saison, aborde avec confiance sa demi-finale retour de Coupe de l'UEFA contre Villarreal jeudi, et espère remporter les deux compétitions.

Contrairement au dicton, Valence et son entraîneur Rafael Benitez sont convaincus qu'il est possible de poursuivre avec bonheur deux lièvres à la fois. Critiqué au début de saison en raison des rotations et de l'absence d'équipe type, Rafael Benitez est en passe de montrer que son système fonctionne bel et bien. Les dernières semaines lui ont permis de prendre la tête de la Liga, où il compte quatre points d'avance sur le Real à trois journées de la fin et, après le match nul (0-0) de l'aller, le club valencien entrevoit sa troisième finale européenne en quatre ans. «J'ai confiance en mon équipe et en sa qualification pour Göteborg», déclare Rafael Benitez. Villareal est prévenu...

© Les Sports 2004





   LIENS PUBLICITAIRES
   
   

"Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.