Qui sera le sélectionneur des Diables pour disputer la Ligue des Nations ? Sauf revirement de situation, ce sera bien Roberto Martinez.

Les négociations entre l’Espagnol et l’Union belge n’ont pas encore abouti. Il existe encore quelques éléments à régler, comme le montant de la clause de départ et la description précise de ses fonctions. Mais, financièrement, on voit déjà la fumée blanche : les deux parties sont sur la même longueur d’ondes.

La Fédération va dès lors faire un gros effort financier pour faire rester Martinez. Durant ses quatre premières années, le sélectionneur avait un salaire relativement modeste, pour le prix du marché, de 1,2 million d’euros par an. Ce salaire pourrait être doublé.

Reste à savoir comment ajouter au nouveau contrat une clause de départ, inexistante aujourd’hui. Que se passera-t-il si un club aux moyens importants vient toquer à la porte ? L’an dernier, Arsenal avait sondé Martinez, qui avait poliment refusé l’offre, pour aller jusqu’à l’Euro avec les Diables.

"Nous échangeons sur l’avenir du football belge, explique Martinez. Il n’y a aucune hâte. Nous prendrons la bonne décision pour la Belgique, j’en suis persuadé. Il n’y a pas d’échéance. Ou bien si : le début de l’Euro."

Avec l’UB, le sélectionneur discute aussi du fait de continuer à occuper le poste de directeur technique en parallèle. Cela lui permettrait de continuer à s’impliquer dans la formation des jeunes et de préparer le futur des Diables.