Match au sommet en ce dimanche après midi au Stade Jan Breydel. Bruges recevait Anderlecht avec l'obligation de prendre des points pour s'assurer une place dans les play-offs 1. De plus, du côté de la Venise du Nord, personne n'a oublié la punition subie à Bruxelles lors du match aller (6-1). Garrido devait faire sans Blondel et Meunier, blessés. Tchité, quant à lui était toujours écarté. John van den Brom devait lui trouver une solution pour pallier la suspension de Jovanovic et le départ de Kanu. C'est Iakovenko qui recevait sa chance sur le flanc gauche.

Dans des conditions difficiles, les premières minutes étaient assez brouillonnes et les joueurs tentaient de prendre leurs marques sur le terrain un peu glissant. Les 20 premières minutes, bien que disputées sur un rythme élevé, n'offraient pas de véritables occasions aux supporters qui avaient bravé le froid pour venir encourager leurs couleurs.

La première possibilité se transformait en but pour les Brugeois. Bacca, oublié par la défense mauve, partait à la limite du hors jeu. Proto venait à sa rencontre. Le portier était cependant un rien trop court et accrochait l'avant colombien dans le rectangle. Le pénalty était flagrant. Vadis, ancien de la maison mauve, se chargeait de la conversion mais Proto se rachetait de son erreur. Il déviait du pied un ballon trop mou au centre du goal. Mais la balle retombait dans le rectangle. Refaelov frappait sur Nuytinck qui déviait involontairement pour Vadis isolé derrière la defense dans le petit rectangle.

Le médian concluait cette action confuse du plat du pied. 1-0. Les joueurs anderlechtois réclamaient une position de hors jeu. Mais vu que la balle venait de Nuytinck Monsieur Nzolo confirmait le goal brugeois.

Anderlecht réagissait directement avec une énorme occasion pour Praet. Mbokani écartait pour Kljestan. L'Américain centrait joliment pour Praet. Le meneur de jeu était ésseulé mais sa frappe heurtait le poteau.

La suite de cette première période était intense avec des nombreux contacts assez virils. Iakovenko se créait une bonne occasion à la 40e minute. Les joueurs rentraient au vestiaire sur ce score mérité de 1-0 pour le Club.

De Zeeuw-Armenteros, duo gagnant

Anderlecht reprenait la deuxième période avec une envie certaine de vaincre. Ils jouaient alors l'offensive. Une aubaine pour des joueurs aussi véloces que Lestienne, Bacca ou Refaelov. La première occasion de cette seconde mi-temps était d'ailleurs à mettre à l'actif du Club. Sur une frappe géniale de Vadis, Proto sortait un arrêt de classe mondiale de sa main gauche. Le ballon retombait alors dans le rectangle et le meilleur buteur de championnat le poussait au fond. Le but était néanmoins annulé pour une position de hors-jeu du Colombien.

Alors qu'Anderlecht était dominateur dans le jeu, Bruges continuait à opérer en contre. Cette tactique faisait mouche à l'heure de jeu puisque Bacca alourdissait la marque. Sur un bon travail de Lestienne qui rentrait dans le jeu et frappait du gauche, Bacca déviait le cuir au nez et la barbe de Proto, impuissant sur ce coup-là. (2-0).

Il restait alors 30 minutes à Anderlecht pour revenir au score et inscrire une quinzième rencontre à leur série d’invincibilité en Pro League. A la 70e, Bruno venu de la gauche servait bien Kljestan isolé dans le rectangle.

L'Américain faisait une remise géniale en un temps pour Iakovenko. L'Ukrainien avait le chemin du but ouvert mais il croisait trop sa frappe. C'est à la 78e minute de jeu que van den Brom lançait son duo De Zeeuw-Armenteros, jusqu'alors pas décisifs dans leurs premières rencontres avec les Mauves. Choix gagnant pour le technicien hollandais. Sur l'action qui suivait, Anderlecht recollait déjà au score. Sur un centre de Gillet, Bruno armait une frappe. Le ballon était dévié par Duarte dans ses prorpose filets (2-1). La pression d'Anderlecht était de plus en plus insoutenable pour le Club. De Sutter (80e) et Armenteros (81e) manquaient de peu l'égalisation. A 5 minutes du terme, sur une ouverture de l'extérieur du pied de De Zeeuw, Armenteros s'en allait fixer Kujovic (2-2).

Anderlecht revenait de loin. Les 5 dernières minutes valaient la peine d'être vécue. Nuytinck surmonté par un long ballon était contraint de plaquer Trickovski au sol. Carton rouge logique pour le Hollandais. Gudjohnsen ne profitait pas de ce bon coup-franc.

Ce match au sommet a répondu aux attentes du public. Suspens et intensité étaient au menu cette rencontre. Les deux entraineurs peuvent retenir des motifs de satisfaction. Garrido se rassure avant l'entame de ses play-offs en montrant que son Club peut proposer du beau jeu et tenir tête à Anderlecht. Van den Brom quant à lui peut se montrer satisfait du caractère affiché par ses joueurs et se réjouir du 15e match d’invincibilité de ses protégés.