© Photonews

Football

Matches truqués: cinq clubs dans le collimateur de l'UEFA

AP

Publié le - Mis à jour le

L'UEFA a promis mercredi des «mesures sévères» contre les personnes qui ont participé à une vaste affaire de matches de football truqués en Europe, précisant que cinq clubs en Albanie, Lettonie, Slovénie et Hongrie étaient soupçonnés d'implication.

Les clubs suspects sont le KF Tirana, le FC Dinaburg, le KS Vilaznia, le NK IB Llubljana et Honved, a indiqué l'UEFA. Ils auraient truqué sept matches de qualification pour la Ligue des champions et l'Europa League entre le 16 juillet et le 6 août.

Trois arbitres pourraient aussi être impliqués ainsi qu'un responsable lié à l'UEFA, a précisé l'instance dirigeante du football européen. Leur identité n'a pas été révélée. L'UEFA a ouvert sa propre enquête sur les sept matches et ces arbitres.

Le secrétaire général de l'UEFA Gianni Infantino a décrit le truquage de match commme «un cancer que nous devons éradiquer». Aucun membre de l'UEFA n'est suspecté, a-t-il précisé. Au total, des gangs basés en Allemagne sont soupçonnés d'avoir faussé les résultats de quelque 200 rencontres dans neuf pays dans le cadre de paris truqués sur les matches. La plupart des matches suspects sont des rencontres de championnats nationaux. Mais trois matches de la Ligue des Champions et 12 d'Europa League ainsi qu'un match de qualification pour le championnat d'Europe des moins de 21 ans figurent également sur la liste.

Une réunion s'est tenue mercredi à Nyon, en Suisse, entre l'UEFA (Union des associations européennes de football) et les responsables des fédérations nationales des neuf pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Bosnie, Croatie, Hongrie, Slovénie, Suisse et Turquie) concernés par le scandale.

Après la rencontre, l'UEFA et les responsables des neuf fédérations ont publié un communiqué commun promettant des mesures sévères contre tout joueur, arbitre ou responsable de club impliqué. Ceux qui ont triché seront «exclus du football, c'est très clair», a affirmé M. Infantino. Le football européen fait face à «un cas de crime organisé qui dépasse le pouvoir d'investigation» des organisations sportives, affirme le communiqué, qui précise que L'UEFA demandera un «accès complet» aux dossiers de l'enquête ouverte par le parquet de Bochum en Allemagne. La police allemande a arrêté 15 personnes la semaine dernière, dont Ante Sapina, un Croate qui avait été jugé coupable dans une affaire de matches truqués en Allemagne en 2005. Un autre homme a été arrêté en Croatie mardi. Et deux joueurs ont été interrogés en Suisse en suspendus par leurs clubs.

Des gangs sont soupçonnés d'avoir corrompu des joueurs, entraîneurs, arbitres et d'autres «acteurs» du football pour truquer des matches, et auraient gagné via des paris sur ces rencontres au moins 10 millions d'euros.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous