Très calme depuis son intronisation comme T1 du Standard début janvier, Mbaye Leye a montré une autre facette de sa personnalité ce samedi soir. Qu’on avait déjà connue durant sa carrière de joueur mais pas encore en tant que coach.

"On a joué contre une équipe qui a refusé le jeu et qui a attendu pour jouer en contre-attaque et miser sur la vitesse. Ce n’était pas un match de foot car il n’y avait pas d’opposant. Quand j’entends que l’entraîneur adverse dit que son équipe méritait de gagner, je trouve cela utopique", a expliqué le Sénégalais en conférence de presse, avec un visage fermé. "Je n’aimerais pas que mon équipe joue de cette manière. Et je ne m’amuserai jamais à faire des changements dans mon onze en dernière minute car j’ai confiance en mes joueurs", a-t-il ajouté, en référence au fait que Marc Brys ait intégré Jemelka (qui était sur le banc sur la feuille de match officielle) dans son onze de base juste avant le coup d’envoi du match, au détriment de Vlietinck.

Dire que cette attitude (qui n’est pas une première cette saison dans le chef de Brys) n’a pas plu à l’entraîneur liégeois est donc un euphémisme.

Considérant avoir "perdu deux points", le coach du Standard était tout de même satisfait de la performance de ses joueurs. "J’ai félicité les garçons car ils sont parvenus à revenir. On aurait pu encaisser le 0-2 et on a manqué d’efficacité mais globalement, en tenant compte de la fatigue du match de Seraing, les garçons ont fait un super match et ont eu un état d’esprit offensif."