Pas de championnat italien durant le mois de septembre? La possibilité est réelle, c’est la Ligue italienne de football, elle-même qui l’évoque. Le coup d’envoi des championnats de Série A et B (division 1 et 2) risque d’être reporté du premier septembre au premier octobre suite aux importants problèmes de trésorerie de nombreux clubs.

La situation financière du championnat italien est catastrophique. La saison dernière, selon le quotidien italien “Il Sole/24 Ore” Moins de droits TV

Comment celui qui fut surnommé le plus beau championnat du monde a-t-il pu en arriver là ? Il y a d’abord la crise des télévisions à péage. Jusqu’il y a peu, ces télévisions versaient aux clubs des montants particulièrement élevés pour bénéficier des droits de retransmission de leurs matches. Ces sommes étaient une des recettes principales des équipes.

Aujourd’hui, les télévisons à péage sont à court de liquidités et incapables de poursuivre leur payement. Pour la prochaine saison, huit clubs de division 1 et trois de division 2 n’ont d’ailleurs pas de contrats télévisés.

Des salaires exorbitants

Seconde cause: les salaires des joueurs. Leur montant a doublé au cours des 5 dernières années. À titre d’exemple, le joueur vedette de l’AS Rome, Francesco Totti a signé l’année dernière un contrat lui garantissant 30 millions d’euros net jusqu’en 2006. Une inflation telle que pour une centaine de clubs, l’ensemble des recettes n’est même pas suffisant pour payer les émoluments des joueurs.

Ces déboires financiers sont aussi liés aux mauvais résultats des clubs italiens sur la scène européenne. Alors que dans le milieu des années 90, des clubs comme la Juventus de Turin et le Milan AC collectionnaient les victoires en coupe d’Europe, pas une équipe italienne ne s’est qualifiée pour les quarts de finale de la dernière Ligue des Champions.

Quand on sait que l’UEFA a versé plus de 35 millions d’euros au Real de Madrid pour sa victoire dans la dernière édition de la Ligue des Champions, on comprend l’impact des résultats sportifs sur la trésorerie des clubs.

Plus de non-européens

La Fédération essaye elle aussi de soutenir ses clubs. Elle a décidé de leur interdire d’engager, à compter du premier septembre, des joueurs hors Union européenne ou Espace économique européen. Les responsables de la fédération espèrent que les clubs réduiront leurs dépenses de recrutement et de salaires en engageant des jeunes espoirs italiens plutôt que des vedettes internationales. Mais les clubs ne semblent pas se montrer très coopératifs: profitant des quelques jours de répit avant le premier septembre, le Milan AC vient d’engager Rivaldo, le Ballon d’Or 1999. Salaire garanti: 4 millions d’euros net par saison! La route vers l’équilibre financier est encore longue.