En prélude à la deuxième journée de la phase qualificative au Mondial 2018 dans le groupe H, Miralem Pjanic s'est confié à la presse jeudi soir au stade Roi Baudouin. Dans un français impeccable, l'ancien coéquipier de Radja Nainggolan à l'AS Rome a admis que la Belgique était le favori du groupe. Un statut de favori qui n'empêche toutefois pas le joueur de croire aux chances de son équipe. "La Belgique est notre adversaire numéro 1 dans ce groupe", a confié Pjanic. "Ils possèdent d'excellents joueurs, mais nous allons nous battre afin de prendre un maximum de points vendredi soir".

Eliminée en barrages face à l'Irlande (1-1 et 2-0), la Bosnie-Herzégovine a manqué de peu sa participation au dernier Euro disputé en France. Dans cette campagne, la Bosnie avait affronté dans le groupe B une première fois la Belgique, à domicile, en octobre 2014 (1-1). Safet Sušic était alors à la tête de l'équipe nationale bosnienne, avant un changement d'entraîneur intervenu fin 2014. "A cette époque, l'ambiance au sein du groupe n'était pas la meilleure, nous étions dans une spirale négative. Depuis lors, il y a eu beaucoup de changements. Nous avons un nouveau sélectionneur qui a amené un nouveau souffle dans le groupe. Nous sommes en confiance après notre victoire lors du premier match qualificatif (victoire 5-0 contre l'Estonie, ndlr). Je suis convaincu que nous pouvons mettre en difficulté cette équipe", indique Pjanic.

A 24 heures du duel face à la Belgique, le joueur de la Juventus Turin s'est montré confiant. "Il faudra jouer intelligemment, prendre notre temps et utiliser les 90 minutes de la rencontre. Nous possédons suffisamment de qualités pour faire la différence".

Enfin, Pjanic n'a pas caché sa déception ne pas pouvoir croiser Radja Nainggolan, blessé et écarté du groupe des Diables. "Nous sommes restés en contact et c'est dommage que je ne puisse pas le croiser sur le terrain vendredi. Il faudra cependant se méfier d'Eden Hazard car c'est l'un des plus dangereux. Avec notre collectif, nous pouvons espérer décrocher un bon résultat. Ils ont beaucoup de blessés et c'est peut-être notre chance", a conclu Miralem Pjanic.


Mehmed Baždarevic, le sélectionneur de la Bosnie, veut "accrocher un bon résultat" face à la Belgique

© AFP

Le duel face aux Diables rouges n'effraie pas le sélectionneur bosnien Mehmed Baždarevic.

"Nous sommes venus ici pour accrocher un bon résultat", a-t-il déclaré en conférence de presse, jeudi à Bruxelles. C'est confiant que le sélectionneur bosnien, Mehmed Baždarevic, s'est présenté face à la presse jeudi soir. "Il y a une bonne atmosphère qui règne actuellement dans l'équipe", a-t-il lancé d'entrée avant d'expliquer les différences par rapport aux deux derniers duels face à la Belgique, lors des qualifications pour l'Euro 2016. "On sait à quoi s'attendre dorénavant. Mes joueurs ont beaucoup plus d'expérience qu'auparavant. Nous sommes venus ici pour faire le jeu, même si on sait que les Belges aiment mettre le pied sur le ballon. Nous sommes dans une spirale positive et on fera tout notre possible pour accrocher un résultat positif".

Selon Baždarevic, le système défensif que les Diables mettront en place vendredi ne doit pas tracasser ses joueurs. "Ils ont déjà évolué avec une défense à trois et à quatre, donc on ne sait pas anticiper la tactique défensive des Belges. Si le système est important, l'animation l'est tout autant. Nous nous sommes préparés à toutes les éventualités possibles", a-t-il conclu.